4/10Shout out out out out - Reintegration time

/ Critique - écrit par athanagor, le 05/05/2010
Notre verdict : 4/10 - Are you a trompette ? (M. Denisot) (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 3 minute(s) - laisser un commentaire

Malgré sa pochette prophétique en ces temps de détresse de la nature face aux hydrocarbures mexicains, cet album ne sauvera pas l'Amérique du nord.

C'est vraiment de courage dont il faut se munir quand on s'attaque à cet album. Les trois premiers titres sont une expérience des plus rédhibitoires lors de la première écoute et inciteraient presque le plus courageux des fans de Kraftwerk à plier bagage. Run est une réplique interminable du même motif mélodique, aménagé ça et là par des effets convenus. Guilt trips sink ships, malgré une rythmique rappelant certains moments de Chosen Lords d'Aphex Twin, se fourvoie dans le même travers, dégageant en plus un espace fort conséquent à une voix mécanico-robotique épuisante. Et Bad choices ne saurait porter mieux son nom. On y trouve une sonorité grasse et répétitive qui chatouille directement l'estomac, sans avoir le côté fun du Brown Album de Primus, et qui continuera son ânonnement sourd jusqu'à ce qu'on demande pitié. Et puis c'est long, mais long. Ça semble ne jamais se terminer. Il faut dire que ces trois premiers morceaux totalisent presque 20 minutes de son. Bref du courage et encore du courage et une furieuse envie de remplacer les « ou » du nom de ce groupe par des « i ».

Puis arrive enfin une ébauche de quelque chose qui nous empêchera de regretter définitivement d'y avoir prêter l'oreille. Grâce, enfin, à l'apparition d'un Get an haircut you pansy !
Get an haircut you pansy !
chanteur, Cadence Weapon, éperonnant un style chanté et rapé, la mixture électro perd de son apparence monotone pour accompagner avec justesse l'intervenant. On entre alors dans un esprit plus trip-hop, sans pourtant y être à plein. Mais c'est quand même mieux... plus vivant.

Du coup, How do I maintain Pt. I, aussi très répétitif laisse un peu plus entrevoir l'intention musicale et bénéficie surtout du fait qu'il est suivi par sa Pt. II, très surprenante, car c'est une pièce instrumentale guitare-basse-batterie plus rock, dont le refrain est assez entêtant. C'est alors qu'on pige un peu mieux le parti pris électro-rock, qui finit par faire son petit bonhomme de chemin conceptuel de version actuelle de la new-wave. One plus two plus three, n'aurait d'ailleurs pas trop choqué dans un album de Soft Cell qui aurait bouffer un peu de Paradinas, et rien que d'y penser, c'est assez amusant. Remind me in the dark viendra d'ailleurs confirmer cette impression avec un refrain ultra-catchy, qui pourrait être un succès de soirée mousse, mais qui, un peu perdu dans un flot de musique, somme toute assez médiocre, peine un peu à diminuer le pénible du chant électro-robotique qui le scande.

Puis la parenthèse sympa se referme là. Les deux derniers morceaux, toujours sur un trip électro avec de la vraie batterie, de la guitare et de la basse pour accompagner les Moogs et les boîtes à rythmes, retombe dans un cycle assez froid et monotone. In the end It's your friend ne s'écoute que d'une oreille distraite et Reintegration time pour sa première partie fait furieusement penser à une cavalcade d'Atreju sur le dos de Fuchur, le dragon porte bonheur. La deuxième partie exploite près de 5 minutes pour achever le titre, avec un volume très bas qui ne s'éteint pas, du genre : Aha !, Vous croyiez que c'était fini, eh ben non !... Enfin si !... Mais ça va durer 5 minutes. Ha ! Ha !

Et c'est long...

 

Shout out out out out - Reintegration time

01. Run
02. Guilt trips sink ships
03. Bad choices
04. Coming home
05. How do I maintain Pt. I
06. How do I maintain Pt. II
07. One plus two plus three
08. Remind me in dark times
09. In the end it's your friends
10. Reintegration time

A découvrir
Nickelback - Silver Side Up
Nickelback - Silver Side Up
Rhapsody
Rhapsody
Bloodhound Gang (The) - Hooray for Boobies
Bloodhound Gang (The) - Hooray for Boobies