7.5/10She Wants Revenge - This Is Forever

/ Critique - écrit par Vincent.L, le 05/11/2007
Notre verdict : 7.5/10 - Forever (c)old (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 3 minute(s) - 1 réaction

Electro-rock cold wave, la musique de She Wants Revenge perd en effet de surprise sur ce deuxième opus mais gagne en puissance rythmique.

Justin Warfield, le chanteur de She Wants Revenge, a probablement une des voix les plus monotones et grisâtres du moment. Il ne sait tout simplement pas chanter. Il peine à varier ses intonations et ses notes vocales. Parfois, il ne semble même pas s'embêter à essayer de chanter juste ou avoir pensé à une mélodie de chant (les couplets de Checking Out et de Pretend The World Is Ending). Dommage... Ceci étant dit, on peut commencer l'écoute du second album du groupe américain de Los Angeles ; pas vraiment serein il est vrai, les données étant bien biaisées par cet élément capital.... De plus, il faut dire que la musique de She Wants Revenge ne marque pas souvent les esprits à la seule première écoute, sûrement à cause d'arrangements parfois un peu pauvres.

Cold wave de qualité

Après un remarqué premier opus éponyme sorti l'an dernier, une tournée avec Depeche Mode et un duo très réussi sur l'album de Timbaland, She Wants Revenge revient donc en 2007. La formule magique est la même : des filtres sur la voix, des boîtes à rythmes, des synthétiseurs et des guitares électriques.
Le groupe commence son nouveau disque avec une intro (inutile) très indus militaire (First, Love). Vite suivie du deuxième single (répétitif et ennuyeux) Written In Blood, mix de Red Flags and Long Nights et I Don't Wanna Fall in Love. Tant qu'à donner des mauvais points, le premier single, True Romance, malgré sa rythmique éléphantesque, n'est pas non plus très convaincant. Doté d'un refrain sans force (encore une fois trop récurrent), le titre est un mauvais exemple de ce qu'est l'album dans son ensemble. Seuls les synthétiseurs et les guitares électriques laissent entrevoir un petit espoir que le groupe ne se soit pas viandé dès son deuxième LP.

Toujours en utilisant les accords avec parcimonie, Walking Away fait naître une lumière avec son refrain mélancolique. Dès lors, on retrouve le groupe en parfaite phase avec les Interpol, Editors, et autres CatPeople. C'est-à-dire une cold wave de qualité, qui n'a de plus grande prétention que de recycler le meilleur du Bauhaus, de Joy Division, de New Order, des Cure et de Suicide. Ici She Wants Revenge frappe fort et innove (par rapport à lui-même) avec des cadences dancefloor qui apparaissent clairement et des parties instrumentales où le mélange synthés-guitares électriques fonctionne à merveille (What I Want, It's Just Begun, This Is the End). Lorsque les synthés vintage convainquent dès le début, ça donne She Will Always Be A Broken Girl, sorte de suite au Broken Promises For a Broken Girl, qui explose dans une fin progressive où le doublement des voix et l'accélération du rythme donnent un côté plus incisif au rock du groupe. Tout comme peuvent aussi le faire ça et là quelques distorsions et des basses probantes. Vers la fin du disque, Replacement montre que l'on peut encore compter sur la formation pour l'avenir. Le titre, bourré d'énergie, se rapproche des standards de Joy Division ou des Killers. Tout comme Rachael, bien punchy, qui ne manque pas d'attraper l'auditeur avec sa basse pénétrante et ses claviers bubble jouissifs. Reste All Those Moments, parenthèse atmosphérique avant Rachael, uniquement composée de synthés, qui évoque les meilleurs Angelo Badalamenti et Vangelis. Un titre qui laisse entrevoir une porte de sortie pour un groupe qui se répète déjà beaucoup sur son... deuxième album.


She Wants Revenge – This Is Forever
01. First, Love
02. Written in Blood
03. Walking Away
04. True Romance
05. What I Want
06. It's Just Begun
07. She Will Always Be a Broken Girl
08. This Is the End
09. Checking Out
10. Pretend the World Has Ended
11. Replacement
12. All Those Moments
13. Rachael

A découvrir
Papa Roach - Infest & lovehatetragedy
Papa Roach - Infest & lovehatetragedy
Collins (Phil) - Face Value
Collins (Phil) - Face Value
Armstrong (Craig) - As if to nothing
Armstrong (Craig) - As if to nothing