8/10Shankar & Karsh Kale (Anoushka) - Breathing Under Water

/ Critique - écrit par juro, le 22/09/2007
Notre verdict : 8/10 - Comme un poisson dans l'eau (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 3 minute(s) - 2 réactions

Une réussite d'origine indienne sur la scène internationale, c'est plutôt rare mais celle-ci est certaine. Sortons de la confidentialité ce duo à la richesse musicale certaine.

On pourrait presque parfois la confondre avec Björk tellement son répertoire apparaît expérimental mais Anoushka Shankar introduit sa touche native de rythmes indiens avec les instruments qui vont avec (sithar au premier plan). Prenant des proportions magistrales, l’album sublime dès les premiers instants pour explorer un univers world à l’orchestration gigantesque et avec une touche électro adaptée. Ce petit bout de femme est accompagné de Karsh Kale, musicien complet. A eux deux ils font la paire pour Breathing Under Water.

Anoushka Shankar & Karsh Kale
Anoushka Shankar & Karsh Kale
Loin, très loin des chansons folkloriques des films de Bollywood, le duo d’origine indienne Anoushka Shankar et Karsh Kale ne se définit absolument aucune limite. La conséquence immédiate est une diversification des influences et des genres proposés. La musique pop teintée de rythmes indiens s’impose presque pour la rencontre de ces deux artistes. Le côté traditionnel est largement contrebalancé par des beats en pagaille offrant une véritable diversité à l’ensemble. L’album peut aussi bien prendre une tournure reposante sur des titres languissants sur une pop plus globalisante (Easy) ou se pencher vers des rythmes totalement expérimentaux portés par la voix cristalline de la jeune femme (coulant de source) avec l’ouverture sur Burn, qui reste longtemps en tête. Les nombreux invités apportent leur pierre à l’édifice, que ce soit par des vocalises d’interprètes indiens sur des beats oppressants (PD7) ou de noms reconnus de la pop music mondiale (Norah Jones et Sting). Ce dernier continue son périple mondial de collaborations sur un Sea Dreamer moyen. Faut-il y voir un signe de reconnaissance de ces deux artistes ?

Les instruments indiens sont omniprésents, les cordes jouant un rôle primordial dans la construction de titres massivement créatifs et allongés sur la durée (Oceanic Part I & II, Reprise). Ils vont même jusqu’à nous surprendre totalement en interprétant un petit morceau folk sur un rythme se rapprochant d’un boléro instrumental, absolument jouissif car enjoué dans sa progression (Little Glass Folk). Seuls quelques titres traînent en longueur. Le large panel musical proposé par le duo semble sans fin et l’on ne peut être qu’admiratif devant la diversité d’un répertoire puisant son inspiration au gré des voyages et des collaborations pour un résultat dépassant toutes les espérances.  

L’association marche bien et le résultat escompté se passe d’expression. La réussite est quasi-totale, le dépaysement tout autant. Si l’on n’est pas allergique à toute forme d’instrumentation indienne, Anoushka Shankar ne peut que charmer au moindre son sortant de sa bouche que Karsh Kale embellit encore plus par son multi-intrumentalisme. 


Anoushka Shankar & Karsh Kale – Breathing Under Water
01. 
Burn
02. 
Slither
03. 
Breathing Under Water
04. 
Sea Dreamer (feat. Sting)
05. 
Ghost Story
06. 
PD7
07. 
Easy (feat. Norah Jones)
08. 
Little Glass Folk
09. 
A Perfect Rain
10. 
Oceanic, Part I (feat. Ravi Shankar)
11. 
Oceanic, Part II (feat. Ravi Shankar)
12. 
Reprise

A découvrir
Zwan - Mary Star Of The Sea
Zwan - Mary Star Of The Sea
Matt - Rnb 2 rue
Matt - Rnb 2 rue
Nightwish - Over the Hills and Far Away / Century Child
Nightwish - Over the Hills and Far Away / Century Child