7.5/10Sergent Garcia - Mascaras

/ Critique - écrit par juro, le 27/08/2006
Notre verdict : 7.5/10 - Le retour du vengeur masqué (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 2 minute(s) - laisser un commentaire

A la manière des catcheurs sud-américains, Sergent Garcia a décidé de revêtir un masque bariolé, non pas pour se cacher mais pour montrer couleurs et joie de vivre, un peu comme l'est sa musique, le salsa muffin. Ce concentré de toutes les influences de musiques latines boosté à la boisson énergétique et festive se place dans la continuité de la discographie d'un groupe toujours prêt à enflammer son monde sur scène. Dans son périple planétaire, le sergent rebelle dénonce excès et prône l'espoir d'une révolution douce dans laquelle sa musique s'accorde à souhait. Après un excellent premier album, Sergent Garcia surnageait à la recherche de ce son de folie. Moins fou mais plus épuré, la suite avait conduit sur La semilla escondida dont ce Mascaras apparaît comme la continuité...

La tendance hispanique prononcée de la discographie de Sergent Garcia n'a pas varié d'un iota : rythmes caribéens et sud-américains sont au rendez-vous arrosés de pointe ska, portés par un polyglotte aux textes pleins d'émotions et d'humanité. Sans déroger à la règle, ce nouvel album ne garde que douze titres lorgnant entre explosivité primaire et maîtrise mature de la création musicale. Mélange, mélange. Il en est question comme toujours avec Bruno Garcia dont le goût pour la mixité s'illustre aussi bien dans le son que dans les textes... Deux mot reviennent constamment : guerrier et joie. « Le guerrier de la joie », un titre à assumer...


Douze titres diversifiant un répertoire jamais aigri, toujours festif. Allergique à la bonne humeur, passez votre chemin ! Textes dépaysants proposant un voyage au plus profond de la chaleur étouffante du Mexique. Sans mariachis mais avec une orchestration toute aussi étendue, Sergent Garcia développe des textes rêveurs (Pintame, Si solo fue yo un pajaro) ou portant un regard critique sur l'actualité (Guantanamo City, En este mundo de locos) ainsi que donnant des conseils avisés en matière de savoir vivre (l'explosif et cuivré Eres tu). Un petit hommage en clin d'oeil à la pochette de l'album (le ragga de L'esprit des guerriers) et un titre instrumental aux sons urbains pour conclure. Evidemment, pas de voyage sans histoires d'amour tumultueux sur fond de réconciliation (Dulce con Chile au bon goût de Un poquito quema'o, Toi tu es là bas). La guitare tient un rôle mineur mais donne une connotation plus calme au son (Tantas cosas).

Sergent Garcia revêt le masque peut-être pour s'approcher le plus près possible de Zorro. Mais de toute façon, rien ne sert de se cacher, le son est aisément reconnaissable et emprunte au meilleur de la rumba ou du chacha pour conquérir une nouvelle fois le public. Vivement le retour sur scène...

Sergent Garcia - Mascaras

01. Dulce con Chile
02. Pintame
03. Toi tu es là-bas
04. En este mundo de locos
05. Me voy pa'la cumbia
06. Non-words
07. Tantas cosas
08. Si solo fuera yo un pajaro
09. Guantanamo city
10. Eres tu
11. Les cinq sens du guerrier
12. El camion no para

A découvrir
La Ruda Salska
La Ruda Salska
Merzhin - Adrénaline
Merzhin - Adrénaline
Lofofora - Le fond et la forme
Lofofora - Le fond et la forme