Séance de rattrapage #2

/ Article - écrit par nazonfly (), le 10/01/2012

Temps de lecture estimé de l'article : 3 minute(s) - laisser un commentaire

Deuxième fournée de galettes que l'on a vu passer en 2011. Et comme d'habitude, il y a du très bon, du bon et du moins bon.

 

Bell X11 – Bloodless coup

Sortie en avril 2011

Bell X11 nous propose ici une pop dont l'influence dominante semble être Coldplay (Nightwatchmen, Built to last), même si le groupe irlandais sait intégrer d'autres éléments dans son album étonnant : electronica sur Hey Anna Lena, inserts 80s sur 4 minute mile, un poil de funk et de synthés sur Safer than love. Un album sympathique qui ne déplace pas les montagnes mais se laisse bien écouter. En écoute, Sugar high.

 

S Petit Nico – Humain

Sortie le 14 février 2011

Humain est l'exemple d'un véritable choix de notre part de ne pas le critiquer. S Petit Nico s'est fait connaître en composant les musiques de Midi 20 de Grand Corps Malade : l'envie de jeter une oreille sur son album solo était donc forte. Mais l'envie a fait place à la déception : S Petit Nico n'a pas la voix magnétique de son pote et ses compositions sont largement plus mises en avant. Du coup le slam de Humain est juste une longue route pénible.

 

Pigeon John – Dragon slayer

Sortie le 07 mars 2011

Dragon slayer est l'un de ces albums qui nous avaient tout de suite séduit et que nous avons malheureusement laissé traîner en attendant de la critiquer. Pourtant dès le premier titre, The bomb, on ne peut qu'être conquis par ce mélange electro-funk-hip-hop. Pigeon John a du talent à revendre et il est assez évident qu'on entendra rapidement parler de lui de nouveau. En écoute, l'autre tube de l'album, So gangster.

 

Speedball – Songs of defeat

Sortie le 19 février 2011

Une entrée en matière d'un calme olympien laisse rapidement sa place à un punk-hardcore hurlé et joué à 100 à l'heure avec tout de même un poil de mélodie. Et puis voilà, difficile d'en dire plus : on n'attend pas d'un groupe de hardcore des millions de variations mais que ça envoie. Et Songs of defeat envoie du lourd même s'il manque un brin de quelque chose pour percer.

 

The E.T's – Nous venons en paix

Sortie le 25 avril 2011

The E.T's est un groupe français qui ne nous a pas laissé un souvenir impérissable. Deux gars, Ice et Jo A, qui font une espèce de mélange pop-hip-hop aux voix douceureuses, un résultat tellement calme que l'ennui gagne l'auditeur... quand il n'est pas énervé par l'horreur d'un Rebecca Black français (Madame météo) ou par un affreux machin-truc électro-boîte de nuit bien moche (Souvenirs d'été). À oublier. Mais on vous met quand même un clip parce qu'on est sadiques.

Outrage – Ryzhom

Sortie le 7 novembre 2011

Le sens commun trouve souvent que la France ne sait pas faire du rock. Ce serait oublier un peu vite les Bérus, Parabellum, les Shériffs. Outrage ne les a pas oubliés et c'est dans la même ligne punk-rock énervée, agitée, secouée du bocal qu'ils agrémentent évidemment d'un soupçon de ska, d'un rien de métal, de quelques grains d'électro et d'influences balkaniques ou arabes. Dans un paysage gangrené par l'électro-pop, ce skeud fait un bien fou (ah le titre éponyme !!) même s'il a tendance à se perdre un peu en cours de route (Concerto pour un schizo).

A découvrir
Matt - Rnb 2 rue
Matt - Rnb 2 rue
Artsonic - Fashion Victim
Artsonic - Fashion Victim
Coldplay - Parachutes
Coldplay - Parachutes