7/10Schuller (Sébastien) - Happiness

/ Critique - écrit par Emeric, le 04/01/2005
Notre verdict : 7/10 - Be Happy (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 2 minute(s) - 1 réaction

C'est donc deux ans après la sortie de son maxi et un changement de label que Sébastien Schuller revient sur le devant de la scène avec son premier album, Happiness, album dans lequel on retrouve le remarqué Weeping willow. Sébastien Schuller, percussionniste de formation classique, a vite été attiré par les sonorités en tout genres et a créé seul son style années après années.

Il ne vous laissera pas indifférent et vous invite à la réflexion, vous prend à contre-pied même, c'est ainsi dès la pochette de l'album dans les mains avec l'illustration faite de croquis fléchés, crayonée en noir sur un fond blanc mettant ainsi en évidence un titre paradoxal Happiness. Alors, Sébastien Schuller nous donne-t-il la recette du bonheur ?

Les notes de piano très limpides de 1978, titre qui ouvre l'album, résonnent encore dans la tête. Pas de voix sur ce premier titre, ni sur quelque autres d'ailleurs, une sorte d'équilibre s'instaure très naturellement entre tous ces sons. L'album est instrumental et les mélodies et voix s'entremêlent à l'infini, décrivant un paysage énigmatique, désertique, qui parait même glacial. L'anglais, préféré au français rajoute également de la distance mais des chansons plus pop, Wheeping willow ou Tears coming home, viennent nous rassurer et dissiper cette mélancolie oppressante. L'esprit du trentenaire semble donc très tourmenté, préoccupé et quelques difficultés apparaissent dans la compréhension de quelques titres comme Edward'shand.

On se sait jamais sur quel pied danser, ainsi, le dernier titre qui à l'écoute est doux s'intitule Le dernier jour. Pas de défaitisme pourtant, c'est le message d'espoir qu'il faut retenir. Alors le bonheur on y est, me demanderez-vous ? Et bien on le touche du bout des doigts, en tout cas le chemin pour y parvenir est solidement tracé. L'album sort début février 2005.

A découvrir
Stereotypical Working Class - Interview
Stereotypical Working Class - Interview
Dillinger Escape Plan (The) - Irony is a Dead Scene
Dillinger Escape Plan (The) - Irony is a Dead Scene
Merzhin - Pleine Lune
Merzhin - Pleine Lune