7/10Sayem - A city gone mad w/ fever

/ Critique - écrit par nazonfly (), le 16/10/2011
Notre verdict : 7/10 - Folle ville (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 2 minute(s) - 1 réaction

Une simple phrase de Jim Morrison a servi de départ au projet qui nous intéresse aujourd'hui. Cette phrase a inspiré à Sayem la bande originale d'un film sur les dernières heures d'une ville devenue folle de fièvre. Sayem ? Vous l'avez probablement entendu pour la campagne de la Coupe du Monde de rugby 2007 ou encore celle d'un célèbre marchand de téléphones portables suédois. Le musicien électro touche-à-tout a également remixé Alexis HK, Miss Kittin ou La Caution. Comme CV ça se pose là. Après un premier album Phonogénique remarqué en 2007, le voilà donc 4 ans après pour A city gone mad w/ fever apparemment accompagné d'une BD dessinnée par Artus que nous n'avons malheureusement pas pu lire. Restons donc concentrés sur la musique.

L'entrée se fait sur le très cinématographique Scenario (oui le chroniqueur
Un super-héros empathique
avisé sait avancer l'adjectif cinématographique quand il entend un bruit de pellicule qui se déroule) dont l'ambiance brumeuse se développe par la grâce d'une electro planante et d'une voix très goth-rock. Ce titre emballant ne donne pourtant pas la couleur du reste de l'album où les longues nappes de synthé croisent le chemin de beats presque popcornien (Play fight and win) ou des rythmes plus entraînants (Glory tears qui se permet d'exciter l'auditeur tout en lui laissant de longs moments de répit presque méditatif). Certes nous serons plus circonspects à propos de Attack of the 50ft man (là encore une belle référence au cinéma) dont la mixture disco-rap est aussi incongrue que le générique de fin de 300 (oui on n'y va pas avec le dos de la cuillère), les titres Girls, A city game ou Good night and good luck nous ont laissé un peu indifférents. Au contraire de Monster où la voix aiguë de la chanteuse se met au service d'un bel effort electro qui ne pourra que vous faire chanter et danser. Mais le morceau de bravoure de A city gone mad w/ fever est la splendide 436 seconds of happiness qui portent vraiment très bien son nom : les 7 minutes 16 de la chanson sont superbe de féerie.

Évidemment l'aspect qui ressort le plus de cet album est qu'on a l'impression d'écouter une bande originale, ce qu'il est effectivement (le fait qu'il ait été écrit avant la bande dessinée n'est qu'un détail). Toutefois, comme nous l'avons indiqué dans l'introduction de cette critique, nous n'avons pas pu avoir accès à cette BD et ne pouvons donc juger du lien entre celle-ci et la musique. Contentons-nous donc de la musique et celle-ci est bien agréable.

Sayem – A city gone mad w/ fever

01. 07:57am. Scenario
02. 05:01am. Glory tears
03. 02:44am. Play fight and win..... sunday
04. 11:56pm. Monster
05. 08:01pm. Chasing after a queen
06. 04:12pm. 436 seconds of happiness feat Le Prince Miiaou
07. 01:37pm. Attack of the soft man feat DSL
08. 01:32pm. A city game
09. 11:22am. Girls
10. 08:04am. Good night and good luck
11. 08:00am. The black moutain... saturday

 

A découvrir
Static-X - Machine
Static-X - Machine
Matt - Rnb 2 rue
Matt - Rnb 2 rue
Blur - Think Tank
Blur - Think Tank