Rose - Concert au Café de la Danse - 29/05/2007

/ Compte-rendu de concert - écrit par juro, le 03/06/2007

Temps de lecture estimé de l'article : 2 minute(s) - 1 réaction

Un concert alliant douceur et sourires, et une première partie qui a su elle-aussi récolter des salves d'applaudissements.

Le Café de la danse accueille Rose pour un concert alliant douceur et sourires. Le premier album de la belle s'est bien écoulé apparemment à voir la gente féminine présente pour la voir sur scène. C'est tout simplement bondé, plus une place de libre à l'horizon. Idéal pour lancer la première partie, Bensé, dans le bain. La soirée s'annonçait bonne à tout point de vue, le public comme les artistes s'apprêtaient à partager un moment musical ensemble. Et si l'affiche semblait belle, elle aurait presque pu se faire voler la vedette par sa mise en bouche...

Accueilli dans une relative indifférence puis quelques maigres applaudissements, l'interprète armé de sa guitare folk va réussir à se mettre le public dans la poche par des textes empruntant le ton de l'affiche du soir. Forcément le public est conquis et l'artiste se fait plaisir sur scène, décochant un sourire lorsqu'il s'emballe sur son instrument. Le show se montre plutôt plaisant et progressivement Bensé gagne en assurance. Lui qui annonçait le titre de ses compositions du bout des lèvres, trouve finalement le temps de profiter de la scène et de se faire congratuler. Avec Angela, il parvient à récolter une véritable salve d'applaudissements qui ne s'éteindront pas jusqu'à sa sortie de scène. Et voilà Rose...

Rose
Rose
Accompagnée de ses musiciens, la jeune femme engage presque immédiatement la conversation avec son public. Emballé avant que la moindre note ne soit jouée, l'essentiel du public féminin se laissait bercer par les douces mélopées folk de Rose. La niçoise interprète l'intégralité de son tout jeune répertoire presque à l'identique de l'album, sauf des arrangements différents offerts par ses hommes l'entourant. Ouvrant le bal avec J'ai, Rose et Les Jeux sont faits, l'interprète évoque en douceur ses amours et ses peines. Le public réagit en reprenant, parfois mollement, les paroles laissées incomplètes. La salle paraît presque trop grande et brute pour tant de charme discret mais Rose s'en tire plutôt bien. Elle gagnerait sans doute plus à jouer dans des lieux plus confinés que le Café de la danse. Finissant son show avec Julien, elle laisse un public « gentiment en liesse » attendre ses deux rappels plus tard (dont Ciao bella). Puis s'enfuir discrètement, comme elle était apparue...

Un show sympathique, tout en finesse. Rose possède une base solide avec ce public acquis au travers de ses textes. Profiter de sa mélancolie, de son humour maladroit et de ses rares bonheurs évoqués à demi mot. Mais on retiendra aussi Bensé dans le même ton pour finalement se dire que ce folk à la française gagne à être connu.

A découvrir
Watcha - Mutant
Watcha - Mutant
Silmarils - Original Karma
Silmarils - Original Karma
Mushroomhead - XX
Mushroomhead - XX