9.5/10The Roots - Phrenology

/ Critique - écrit par Levendis, le 16/02/2004
Notre verdict : 9.5/10 - Un HipHop différent (enfin!) (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 4 minute(s) - laisser un commentaire

A l'instar d'Outkast ou des Antipop Consortium, les Roots font partie de ce mouvement du rap dit alternatif qui ne cesse de surprendre par leur volonté d'exploser les barrières thématiques et soniques du milieu Hip Hop. Avec Phrenology, ils s'échinent à repousser encore plus loin, et subtilement, l'expérimentation en déstructurant à l'extrême, y incorporant même au passage des guitares rock mais aussi, progressivement, des voix pop, des choeurs soul, des atmosphères incongrues voire des chants scandés. Et cela au risque de dérouter le fan de hip-hop lambda bien trop souvent adepte du chemin balisé, mais il faut bien un jour changer certaines, mauvaises habitudes....

Originaire de Brooklyn, quartier de NY berceau légendaire du hip-hop, The Roots reste malgré et avant tout un groupe discret, plutôt scénique, et loin du star system régulant la galaxie hip hop. Celle-ci, éternelle accros de l'instantanéité et de l'efficacité à tout prix, n'aime pas vraiment ceux qui, tels les Roots, se cherchent ou expérimentent en prenant leur temps. Des groupes de rap prenant des risques, ou se remettant en compte, il y en pas légions alors quand cet album étonnant, fruit de plus de deux ans de travail, nous tombe sur les bras nous sommes bien heureux de le découvrir. Le groupe, emmené par le trés actif batteur-producteur Amir "?uestlove" Thompson (producteur d'Erykah Badu, Common entre autre...), a ici une approche déstabilisante qui risque de laisser plus d'un fan sur le carreau. L'album, véritable labyrinthe sortant de tout formatage peut cependant leur attirer de nouveaux fans.... en dehors du milieu hip-hop !
Car Phrenology est une expérience à part. Sensorielle, relaxante voire planante avec un net intérêt pour les ruptures de ton. Le disque sait alterner les sensations dans une inventivité et liberté sonique inégalable (jusqu'a l'arrivée renversante des compères d'Outkast, bien entendu) le faisant dépasser sans hésiter le cadre restreint du milieu Hip-hop et de ceux qui l'écoutent. L'éclectisme étonnant de l'album, marié à la saveur étonnant des invités (Talib Kweli, Amiri Baraka, Cody ChestnuTT, Nelly Furtado...) décontenancera au premier abord mais à y regarder de plus prés on voit, en fait, la grande cohérence de l'ensemble. Cela saute surtout aux yeux à travers le titre Water qui, en trois temps, décrit assez bien l'esprit de l'album : soit a) the first movement (le titre part comme un morceau rap), puis b) the abyss (rupture de l'instrumental pour une ambiance... aquatique !) enfin c) the drowning (l'abandon dans une atmosphère drum and bass mi planante mi inquiétante). En clair le but ici est jongler constamment dans les ambiance sans nuire à la progression, et ce n'est pas l'introduction déstabilisante de l'album qui nous dira pas le contraire : d'une intro (Phrentrow) apaisante en passant par l'énergique Rock You pour enfin finir sur un punkisant !!!!!! hélas trop court, il faut bien s'en dire qu'une entrée de la sorte accrochera assurément l'auditeur croyant arriver en terrain connu. Mais bien sur la suite aura vite fait de contredire cette pensée car quelques temps plus tard lorsque enfin le disque terminé et que le même auditeur récapitule ce qu'il a écouté sur l'album il se rencontre qu'il y a, pêle-mêle, du semi rock (l'efficace The Seed 2.0), du punk, du hip-hop (Rock You), de la drums and bass slammer (Something In The Way of Things), de la Nu soul (complexicity), et de l'electro technoïde pur jus (Thirsty). L'auditeur, surpris au premier abord, aura bien vite le sentiment d'avoir connu une expérience musicale rare. Et cela au delà des frontières de genre, il en redemanderait même. C'est cela la force d'un grand groupe.

En définitive, on ne peut que s'incliner devant le travail fourni par un groupe qui a su trouver en lui l'énergie nécessaire pour se renouveler et s'aventurer sur de nouvelles terres au lieu de se complaire dans la facilité. Certains adoreront, d'autres détesteront mais en tout cas personne ne devrait rester indifférent. Le temps dira ce que Phrenology vaut vraiment dans la discographie des Roots, voire quel sera sa place dans la galaxie hip-hop, mais pour le moment ce cinquième album (hors live) est une surprise à écouter sans a priori, les oreilles grandes ouvertes. A découvrir au plus vite !

Nota : Phrenology est aussi agrémenté d'un DVD très intéressant contenant les clips 'Distortion To Static' et 'Proceed', des petits extras backstage et des versions live de 'The Ultimate" et "Double Trouble" (deux de leur titre incontournables).

Les titres :

01. Phrentrow
02. Rock You
03. !!!!!!!!
04. Sacrifice (feat. Nelly Furtado)
05. Rolling With Heat (feat. Talib Kweli & Dice Raw)
06. WAOK [Ay] Roll Call (feat. Ursula Rucker)
07. Thought @ Work
08 The Seed (2.0) (feat. Cody ChestnuTT)
09. Break You Off (feat. Musiq)
10. Water
a) the first movement
b) the abyss
c) the drowning
11. Quills (feat. Tracey Moore of the Jazzyfatnastees)
12. Pussy Galore
13. Complexity (feat. Jill Scott)
14. Something In The Way of Things [In Town] (feat. Amiri Baraka)
15. Rhymes & Ammo (feat. Talib Kweli)
16. Thirsty!

Titres à écouter en priorité : Complexity, Quills, Thought @Work, et Break You Off.

A découvrir
Static-X - Machine
Static-X - Machine
Slipknot - Slipknot
Slipknot - Slipknot
3 Doors Down - Away From The Sun
3 Doors Down - Away From The Sun