Reprise de poids #16 : le bikini à travers les âges

/ Article - écrit par nazonfly (), le 29/04/2011

Temps de lecture estimé de l'article : 6 minute(s) - laisser un commentaire

Un deux trois voilà ce qu'il arriva. Son petit itsi bitsi tini ouini, tout petit, petit, bikini qu'elle mettait pour la première fois.

En juin 1960, Brian Hyland chante Itsy bitsy teenie weenie yellow polka dot bikini, co-écrite avec Paul Vance. En résumé, c'est l'histoire d'un mec, euh non une fille qui a un tout petit bikini et qui franchement a un peu peur de se montrer dans un tel accoutrement qui pourrait choquer. Au départ, il s'agissait d'une idée de Vance parce que sa petite fille était trop timide pour porter un bikini en public, mais la chanson prit évidemment une autre signification. On imagine facilement qu'en 1960 le bikini est largement plus grand que celui que l'on trouve sur les plages de nos jours. Voilà donc une étude non-exhaustive du bikini de 1960 à aujourd'hui, et des États-Unis à la Finlande, à travers les reprises de ce titre. Si la version de Brian Hyland a comporté un clip, il semble perdu en tout cas sur internet. Nous allons donc vous parler directement de la reprise de Dalida de 1960.


Oui vous l'aurez remarqué, de bikini il n'y en a point. Dalida semble vêtue d'un sac de patates, sans doute jaune à carreaux orange. C'est une déception mais la pudibonderie de la télé de l'époque explique sans doute ceci. Pour la petite histoire, Dalida reprendra aussi le titre en italien, sous le nom de Pezzetinni di bikini. Pour les Allemands, c'est Club Honolulu qui s'y colle, toujours en 1960.

Là encore, le bikini ressemble plus à de la culotte de grand-mère. En tout cas sur la pochette du titre. À noter que cette version bénéficiera d'une version punk par la grâce de Die Toten Hosen et une version plus moderne grâce à Gaby Baginski. Hé oui le bikini est bleu (après tout, si mon allemand est correct, il s'agit d'un Strandbikini, un bikini de plage).

Jamais en retard quand il s'agit de sortir une bonne reprise, Richard Anthony, toujours en 1960, nous offre sa version (identique évidemment) du tout petit bikini. Sur cette chanson, c'est Mimi Perrin, décédée en novembre dernier qui fait les chœurs. À noter que cette fois le bikini a largement rétréci au lavage.

 

En 1961, le bikini s'exporte... jusqu'en Finlande grâce à Pirkko Mannola. Au passage il perd ses pois mais reste Pikku pikku bikinissä (même pas besoin de traduction!). Mention spéciale au groupe qui accompagne Pirkko Mannola.

D'ailleurs, dans une année indéfinie, on retrouvera le même type de costumes de bain sur la version de Sha Na Na.

 

Le yellow polkadot bikini atteindra la Serbie grâce à Ljiljana Petrović, la Croatie grâce à Trio Tividi, le Mexique grâce à Manolo Munez. Malheureusement aucun clip pour sanctionner ces versions-là !

 

Dans les années 80, on retrouve la trace de ce bikini en Grèce ; de jaune à pois il est devenu rose. À l'évidence, la chanteuse Polina (Πωλίνα) était plus pudique que ses danseuses.

(on se demandera quand même si c'est elle qui reprend la chanson dans cet extrait)

On notera aussi une version d'une certaine Mélissa, produite par Frédéric François nous dit la vidéo, en 1983.

Dans les années 90, un groupe répondant au nom de Bombalurina reprend la chanson avec un clip (et des samples) so 90's. Apparemment Mac Lesgy (ou Elton John?) était le frontman du groupe.

Toujours dans les années 90 (au vu de la mode du clip), Ruben Gomez, bel éphèbe aux longs cheveux, se laissera aller à une reprise avec beaucoup trop de très jeunes filles pour être honnête. D'autant plus que, sacrilège ultime, il changera le bikini jaune à poids noirs en bikini noir à poids jaunes !

 

En 1998, c'est un Suédois, Kurt Olsson (apparemment un personnage fictif si mon suédois est nickel) qui s'y colle. Osera-t-il sortir en bikini ?

 

Enfin,  l'abominable Gummibär, lui aussi jamais avare d'une petite reprise immonde, assènera un dernier coup fatal au petit bikini jaune.

A découvrir
Coldplay - Parachutes
Coldplay - Parachutes
Artsonic - Interview
Artsonic - Interview
Mushroomhead - XX
Mushroomhead - XX