8/10R.E.M. - In Time 1988-2003

/ Critique - écrit par camite, le 10/01/2004
Notre verdict : 8/10 - auditeurs de RTL2 (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 2 minute(s) - laisser un commentaire

M comme Mouvement, E comme Eyed, R comme Rapid... Remise dans l'ordre, l'expression scientifique désignant le mouvement des yeux lors du sommeil paradoxal prête depuis plus de vingt ans ses initiales à Michael Stipe, Peter Buck et Mike Mills (sans oublier Bill Berry, démissionnaire depuis 97). R.E.M., énorme groupe qu'on le veuille ou non, a marqué de son empreinte l'histoire du rock américain contemporain.

Ceci dit, l'écoute de ce nouveau best of (le second après Eponymous qui couvrait la période 81-87) a de quoi laisser dubitatif. Hormis les tubes réglementaires (Man on the Moon, What's the frequency, Kenneth ?, Losing my religion, Everybody Hurts...) se proposent ici quelques titres anecdotiques (et encore) de la discographie du groupe : The Sidewinder sleeps tonite, Stand, Electrolite et All the Right Friends enchaînés comme un mauvais copier-coller pré mastering. Autre choix douteux : la présence de pop songs parmi les plus insupportables jamais enregistrées de l'autre côté de l'Atlantique avec Orange Crush et Imitation of Life.

Afin d'attirer le fan argenté, In Time (après Out of Time, tout ça, pas la peine de vous faire un dessin) comporte deux morceaux inédits. Animal, enregistré sans plus de complexe que ça en un quart d'heure et le subversif (enfin, il paraît) single Bad Day, grotesque photocopie du classique It's the end of the World as we know it, l'énergie en moins. Nous voilà bien avancés. Quelques mois plus tôt, les Anglais de Suede sortaient Singles, compilation absolument parfaite qui démontrait l'habilité de certains groupes à choisir leurs radio songs. Avec In Time, peu d'auditeurs se risqueront à découvrir plus avant les albums de R.E.M.

Or, prenez n'importe quel disque sorti par le groupe entre 88 et 2003 : tous sont bien supérieurs à ce not terrible of. L'immense Up, pour ne citer que celui-ci, ne compte que deux morceaux ici (Daysleeper et At my most Beautiful - quand même la plus belle chanson de la bande) alors que tous ses titres auraient mérité d'y figurer. Tout le problème des chef-d'oeuvre est là : ce sont des best of à eux tous seuls.

N.B : In Time sort en deux versions : la « normale » et la « spéciale » avec un CD de versions live, acoustiques, et autres B-Sides que tous les fans ont déjà entendues depuis belle lurette par la grâce d'Internet.

A découvrir
Queens of the Stone Age - Songs for the Deaf
Queens of the Stone Age - Songs for the Deaf
Oasis
Oasis
Dolly - Interview
Dolly - Interview