9/10Puts Marie transforme l'essai

/ Critique - écrit par nazonfly (), le 15/10/2015
Notre verdict : 9/10 - Plaisir masochiste (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 3 minute(s) - laisser un commentaire

Les Suisses de Puts Marie dévoilent leur premier album. Chronique.

Pour la sortie de leur EP Masoch I comme pour leurs concerts, Puts Marie a été acclamé par toute la presse musicale : « musique aussi parfaite sur scène que sur album » (source), « plaisir sans violence et sans limite », « mélange de guitares abrasives et échevelées et de chant plaintif qui prend l'auditeur et le retourne dans tous les sens avant de le laisser pantelant, épuisé » (source). Comment ça, ces extraits proviennent tous de Krinein ? Il faut dire qu'on avait déjà complètement craqué sur l'EP en question (la preuve) et que le groupe était parvenu, chose pas si commune que cela, à enfoncer le clou avec un set magnifique aux Eurockéennes. Et comme ce premier album contient déjà l'intégralité de l'EP, soit 6 chansons sur les 12 contenues dans Masoch I-II, il risque d'y avoir de la redite.


DR.

Ces 6 titres ouvrent du reste l'album et nous plongent directement dans le monde mélancolicotriste de Puts Marie, même s'il faut bien reconnaître qu'Obituaries, pourtant excellente sur album, prend une autre dimension sur scène et qu'en l'écoutant, on se désole de ne pas être devant les Puts Marie en live. Mais passons donc à la deuxième partie avec un peu d'appréhension tant il est courant que l'album suivant un EP remarqué ne parvienne pas à tenir le niveau sur le durée. Une nouvelle fois, Puts Marie parvient à mêler avec brio purs moments aériens, à peine tenus par la voix toujours aussi malheureuse de son chanteur (Horse gone far), et instants bruitistes, enragés (Sugar run) , deux aspects de Puts Marie parfois mélangés sur le même morceau (Mob kisses). Masoch I-II sinue ainsi entre une palanquée d'influences souvent indiscernables, parfois plus évidentes comme l'atmosphère typique des seventies sur Brush hair, la période grunge sur Sugar run, les lourdes guitares post-rock de Mob kisses ou bien encore l'essence sud-américaine sur Hecho in México. Même Tell her to come on home qui pâtit sérieusement de la comparaison avec le reste de l'album possède quelques jolis instants remarquables.

Si vous avez aimé le premier EP de Puts Marie ou si vous avez déjà croisé la route du groupe en concert, vous pouvez vous jeter sans aucun délai sur ce Masoch I-II qui transforme l'essai plus facilement que l'Équipe de Suisse de rugby. À l'opposé, si vous ne connaissez pas Puts Marie, écoutez sans délai l'album : c'est du tout bon. Et si, par hasard, vous n'avez pas aimé ce que vous avez découvert du groupe, il ne reste plus qu'une solution : une lourde opération de votre système auditif !

Point fort : les nouveaux titres se hissent facilement au niveau des anciens

Point faible : on a déjà entendu (et aimé) la moitié des titres

La critique en 140 caractères : la musique mélancotriste de Puts Marie est un véritable plaisir pour les oreilles

En écoute : Hecho en México

Puts Marie – Masoc I-II

01. A quantum of sun
02. Pornstar
03. Obituaries
04. The bathhouse
05. Lost soul
06. All your am I
07. Mob kisses
08. Hecho en Mexico
09. Horse gone far
10. Brush hair
11. Sugar run
12. Tell her to come home

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : White crocodile et Fragile, deux EPs, deux univers, deux réussites