Projection et titres acoustiques de Sigur Rós au MK2 Bibliothèque

/ Compte-rendu de concert - écrit par wqw..., le 19/10/2007

Temps de lecture estimé de l'article : 3 minute(s) - 5 réactions

Le label Capitol proposait au MK2 Bibliothèque de Paris, une projection de Heima pour la presse et quelques heureux gagnants ainsi que quelques titres en acoustique de Sigur Rós.

Sigur Rós fait, sans aucun doute, partie des figures atypiques de la musique indé y compris sur la scène islandaise qui l’est déjà particulièrement. Jón Þór Birgisson (chant, guitare) et ses ouailles ont élaboré depuis la fin des années 1990 de longues plages envoûtantes presque venues d’ailleurs… Une guitare frottée avec un archet, un chant aigu qui dévoile le vonlenska, langue inventée qui n’a aucun sens. Un yoghourt dont les sonorités restent proche de l'islandais et donne une grisante chair de poule.

Sigur Rós
Sigur Rós
Il y a deux ans le groupe sortait Takk…, son quatrième album studio. S’en est suivie une tournée un peu partout autour du globe pour finir par une série de concerts en Islande, aussi bien à Reykjavík devant 20.000 personnes (ce qui constitue un record d’affluence), ou dans des lieus plus improbables voires microscopiques, histoire de se sentir un peu comme à la maison…

At home ? C’est ce que signifie Heima, nom du film documentaire qui sortira le 5 novembre prochain et qui retrace la vie autour de ces dernières dates. Une manière de poser un regard un peu différent sur un groupe ô combien attachant. Une façon aussi de remettre les choses chacune à leur place et se rappeler que la musique, c’est avant tout du plaisir.

Sigur Rós au Gamla-Borg (par Anna Sveinsdottir)
Sigur Rós au Gamla-Borg (par Anna Sveinsdottir)
A l’occasion de cette sortie, le label Capitol proposait au MK2 Bibliothèque de Paris, une projection pour la presse et quelques heureux gagnants d’un concours organisé sur les ondes d’une radio rock parisienne. Et comme un bonheur n’arrive jamais seul, les quatre islandais sont de la partie pour ce public averti (pas aussi nombreux qu’on aurait pu le supposer : la presse ne se passionne plus pour grand chose…)

Après un timide Ágætis Byrjun pendant lequel Jón Þór Birgisson semble se perdre un peu, suivent Heima et Untitled 4/Njósnavélin qui dans ce dénuement extrême et une voix toujours proche de la rupture (celui-ci s’étranglera d’ailleurs), n’en sont pourtant que plus chargées en émotions et reprenant alors tout leur sens… Sigur Rós se fait plaisir et va jusqu’à dire deux-trois mots aux auditeurs et un bref remerciement…

Sigur Rós en pleine nature
Sigur Rós en pleine nature
Changement de plateau : piano, batterie et câbles sont évacués et le noir se fait à nouveau pour la projection du documentaire. Si nous nous étendrons sur son contenu au moment de sa sortie, celui-ci permet de voir le groupe de l’intérieur, en compagnie des cordes d’Amiina et de quelques cuivres, jouant dans diverses salles, parfois toute petite, une usine désaffectée, allant parfois simplement s’installer en pleine nature, devant une audience aux origines diverses.

Chansons, bribes d’interviews, images de l’Islande, sa nature si particulière, Sigur Rós nous fait découvrir son intimité, sa famille de cœur, pour de belles minutes de musiques et, presque, une leçon de vie… et aussi une partie de croquet ! Un DVD qui enchantera les fans et ravira les amateurs de musique sincère.

A découvrir
M - Le Baptême
M - Le Baptême
Alizée - Gourmandises
Alizée - Gourmandises
Radiohead - L'intégrale
Radiohead - L'intégrale