8/10Pop Levi - Medicine

/ Critique - écrit par nazonfly (), le 29/11/2012
Notre verdict : 8/10 - Mieux que du Prozac (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 3 minute(s) - laisser un commentaire

Pop Levi a beau s'appeler Pop, sa bio a beau appuyer sur ce côté pop, la pochette de Medicine a beau se parer de toutes les couleurs flashy de ce même style, force est de constater que Medicine de Pop Levi a bien peu à voir avec ce qu'on entend généralement par le terme. La faute à des guitares bien trop saturées pour pouvoir obtenir le précieux qualificatif. Encore que ce ne soit pas trop pour nous déplaire ! Car, oui, même si les premières minutes de Midnite runaround sonnent un peu plus pop avec des synthés vintage, même si Records se la joue sautillante avec des sons electro plutôt blippants, même si Remember, remember a des relents de soul music cuivrée recouverte d'orgue électronique, Medicine nous semble plutôt puiser dans l'essence même du rock.

Saturation

Il faut dire que dès Strawberry shake, Pop Levi nous met sur les genoux
Pop en mode solarium
en envoyant sévèrement en combinant l'énergie de Shaka Ponk (ça devrait parler à nos plus jeunes lecteurs) avec une touche electro-boîte à rythme enlevée : pour un peu, les voix bidouillées mises à part, on croirait presque entendre les meilleurs morceaux de Le Tigre. La suite est du même acabit avec un Motorcycle 666 qui apporte une touche rebelle à la musique, un peu moins puissante cette fois mais toujours en verve grâce à un refrain catchy et prenant. Rock solid remet un coup d’accélérateur salutaire et saturé : ça sent le cambouis du rock et la transpiration du punk. Oui ce rock-là est solide, on peut faire confiance à Pop Levi sur ce point !

Derrière les fagots

La suite est un peu plus tranquille avec Police sign qui sonne toujours
Pop en mode calbute
aussi terriblement rock daté mais sans date limite de consommation, ce qu'on appelle en termes techniques un bon vieux rock de derrière les fagots ! Le genre qui doit mettre le feu aux poudres dans les concerts. Coming down mise tout sur sa voix aiguë pour voguer entre passages saturés et explosifs, intermède progressif et instants plus pop. Un titre qui déroute un peu mais séduit surtout. Medicine dépare un petit peu de l'ensemble par un côté blues-rock pourtant pas si désagréable. Au contraire même. On regrette juste un peu que le titre délaisse un peu le côté groovy sur des breaks pas forcément nécessaires. On passera rapidement sur Bye-byes, jolie ballade rock qui passe comme une lettre à la poste, même si on préférera toujours les aspérités des premiers titres à la douceur de celui-ci. Pour finir ce descriptif laborieux de Medicine, Terrifying a un côté hard-rock FM pas franchement extraordinaire et You understand a un bon côté rock Black Keys. Comme une évidence pour clore l'album.

Medicine est, au final, un album plutôt varié même si les guitares saturées emportent de justesse le match face à une pop colorée. Quelques titres nous auront plutôt charmé les oreilles (Strawberry shake, Medicine, Rock solid). Mention très bien !

En écoute, Coming down

Pop Levi – Medicine

01. Strawberry shake
02. Motorcycle 666
03. Rock solid
04. Police sign
05. Coming down
06. Medicine
07. Bye-byes
08. Terrifying
09. Midnite runaround
10. Records
11. Remember, remember
12. You understand

A découvrir
Collins (Phil) - Face Value
Collins (Phil) - Face Value
Cradle of filth
Cradle of filth
3 jours en vrac ! 2 discs en live
3 jours en vrac ! 2 discs en live