8.5/10The Police - Reggatta de Blanc

/ Critique - écrit par athanagor, le 19/03/2010
Notre verdict : 8.5/10 - Sous-entendu commun : Sting (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 4 minute(s) - 3 réactions

2ème album du trio, qui marquera les esprits avec ses deux tubes Message in a bottle et Walking on the moon, ce disque fera bouger les guiboles dans toutes les surprise parties, d'alors jusqu'à maintenant.

Album sans âge, témoignant encore aujourd'hui d'une exceptionnelle qualité de composition et d'exécution, Reggatta de blanc est le grand moment, la présentation au monde de ce style assez unique, enfant du rock, du punk, et du reggae, qui développe des morceaux qui, ne pouvant être catalogués dans aucun de ces genres, resteront simplement des morceaux de The Police.

La carrière du groupe, ainsi confirmée, se prolongera jusqu'en 1983, avec Synchronicity, après lequel chacun prendra son envol, laissant derrière lui 5 ans de musique qui résonnent encore aujourd'hui dans les oreilles de tous. L'héritage de cette période survivra bien sûr au travers de la flamboyante carrière de Sting, mais aussi, quoique plus discrètement, dans le travail de compositeur de musique de films de Stewart Copeland. Batteur époustouflant et musicien accompli, sa première prestation pour ce média sera pour Rumble Fish, de Francis Ford Coppola, où deux jeunes acteurs, Matt Dillon et Mickey Rourke, se partagent l'affiche. Toute une époque.

C'est sur l'ouverture entêtante de Message in a bottle qu'on est introduit dans cet opus, sur cette ritournelle rythmée, répétée à l'envie et orchestrée avec science, grâce aux interventions successives de la basse et de la batterie. Impossible de s'en détacher, même avec la plus ferme des volontés. Le chaland est ferré, emmenons-le plus loin. Suivra, avec moins d'efficacité, mais au demeurant avec beaucoup de panache, Reggatta de blanc, ayant pour caractéristiques de faire la part belle à la technique de Copeland et d'introduire une suite d'onomatopées chantées, qu'on retrouvera comme recette d'un prochain De Do Do Do, De Da Da Da (titre engagé s'il en est), et de nombre
de tubes internationaux qui sauront remplacer le manque d'inspiration littéraire par une science de la mélodie, au service de chanteurs dont le cachet à déjà été versé. Le meilleur exemple se trouve actuellement dans le Tribute de Tenacious D.

D'autres moments forts suivront. Bring on the night, comme Message in a bottle, est construit sur un arpège de guitare, mais plus doux et plus mélancolique, surgissant comme un envoûtement, au milieu des piqués de basse de l'introduction. Son refrain, fait d'une rythmique sèche et d'un bourdon de basse, est issu d'un reggae qui hante l'ensemble des titres, allant jusqu'à se faire impératif dans Walking on the moon. La contemplation sentimentale de Bring on the night, refera surface dans Bed too big without you, également servi par des mouvements musicaux brusques en provenance direct de la Jamaïque.

En y écoutant de près, on constatera que les morceaux les plus enivrants sont du fait de Sting. Copeland ne réussissant vraiment à se démarquer que sur Does everyone stare et son début marqué par un piano sec, qui évoluera en rock vivace. Il crée également un joli moment de poésie comique avec On any other day. Mais déjà les talents se démarquent, et les moments musicaux les plus notables restent le fait du génial bassiste (encore un), qui, quelques années plus tard, sera reconnu comme une figure emblématique du rock.

20 ans après, ce disque reste incontournable, et dans la loi, et dans les faits. Selon la loi, on ne peut espérer prétendre à s'intéresser au rock sans avoir écouter cette galette au moins une fois. Toute tentative de quiconque prétendant parler musique après avoir avouer ne l'avoir jamais écouter, tombera irrémédiablement à plat. Dans les faits, et selon la nécessité de la loi, il est très rare qu'on n'y succombe et qu'à intervalle régulier (quand bien même celui-ci se compterait en année), on ne revienne à l'énergie franche et sympathique qui se dégage de ce subtil mélange de tant d'influences.

 

The Police - Regatta de blanc

01. Message in a bottle
02. Regatta de blanc
03. It's allright for you
04. Bring on the night
05. Deathwish
06. Walking on the moon
07. On any other day
08. The bed's too big without you
09. Contact
10. Does everyone stare
11. No time this time

A découvrir
Tenacious D - Tenacious D
Tenacious D - Tenacious D
M - Le Baptême
M - Le Baptême
Placebo - Placebo
Placebo - Placebo