9.5/10PJ Harvey - White Chalk

/ Critique - écrit par wqw..., le 21/10/2007
Notre verdict : 9.5/10 - A marquer d’une pierre blanche (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 2 minute(s) - 7 réactions

White Chalk est un moment d’évasion pur au travers duquel PJ Harvey se dévoile fragile, sensible, montrant qu’avec trois fois rien, on peut réaliser des instants d’une incroyable intensité.

PJ Harvey est l’une de ces icônes du rock qui font vibrer la scène indépendante depuis le début des années 1990. Tour à tour, rock à fleur de peau, femme fatale, elle a toujours su se renouveler en se mettant régulièrement en danger et ne pas PJ Harvey
PJ Harvey
voir ainsi sa musique dépérir. Dans le même temps, celle-ci parvenait à ne pas perdre son public dans ses revirements parfois radicaux…

Pour son huitième album, Polly Jean s’est enfermée dans l’ouest londonien avec à la production Flood et l’ami (de presque toujours) John Parish avec lequel elle a partagé l’affiche, il y a dix ans déjà de Dance Hall at Louse Point. Côté musicien on retrouve également deux membres de Dirty Three, Eric Drew Feldman et Jim White qui a signé récemment un fort bel album pour Fat Cat en compagnie de Nina Nastasia.

White Chalk casse avec les années toutes guitares en avant ou avec le récent et très charnel blues rock de Uh Huh Her. On retrouve ici une œuvre épurée à l’extrême, habillage sonore délicat, un piano qui murmure et qui permet de mettre en relief la voix si caractéristique de l’anglaise. Celle-ci profite alors pour créer des atmosphères riches et variées, un univers fort et difficilement identifiable.

Miroir, miroir...
Miroir, miroir...
On pense alors à la Björk de Vespertine ou au récent Ys de Joanna Newsom, un instant de magie qui ne semble exister que dans la brume d’un rêve… et pourtant tout ceci est bien réel. D’ailleurs les thèmes qui sont abordés, sont plutôt sombres. L’angoisse, la perte sont exprimés mais différemment, les tensions étant remplacées par une mélancolie hors du temps. C’est aujourd'hui mais cela pourrait être aussi bien la fin du XIXème siècle…

White Chalk est un moment d’évasion pur au travers duquel PJ Harvey se dévoile fragile, sensible, montrant qu’avec trois fois rien, un piano qui sonne un peu faux comme ceux que l’on trouve abandonnés dans de grandes demeures familiales ou dans les saloons, on peut réaliser des instants d’une incroyable intensité. Des minutes simplement magiques, matures et directes. Minimal et essentiel !

 

PJ Harvey au piano
PJ Harvey au piano
PJ Harvey – White Chalk
01. The Devil
02. Dear Darkness
03. Grow Grow Grow
04. When Under Ether
05. White Chalk
06. Broken Harp
07. Silence
08. To Talk To You
09. The Piano
10. Before Departure
11. The Mountain

PJ Harvey
PJ Harvey

Discographie
White Chalk (Island/2007)
Uh Huh Her (Island/2004)
Stories from the City, Stories from the Sea (Island/2000)
Is This Desire? (Island/1998)
Dance Hall at Louse Point (Island/1996)
To Bring You My Love (Island/1995)
4-Track Demos (Island/1993)
Rid of Me (Island/1993)
Dry (Too Pure/Indigo/1992)

A découvrir
Bloodhound Gang (The) - Hooray for Boobies
Bloodhound Gang (The) - Hooray for Boobies
Ellis-Bextor (Sophie) - Read my Lips
Ellis-Bextor (Sophie) - Read my Lips
Eminem - The Eminem Show
Eminem - The Eminem Show