Pinback - Concert à la Maroquinerie - Paris - 19/11/2007

/ Compte-rendu de concert - écrit par arth, le 26/11/2007

Temps de lecture estimé de l'article : 3 minute(s) - 3 réactions

Autumn of Seraphs est un album formidable qui regorgent de balades et tubes pop. Sur scène Pinback nous fait une démonstration de sa maitrise technique.

Enième jour de perturbation, il fallait être un chevalier pour arriver à la Maroquinerie lundi dernier. Les Californiens de Pinback reviennent en tournée pour la présentation de leur quatrième album Autumn of the Seraphs sorti à la rentrée. Une pop toujours plus mélodique, toujours plus rapide, qu'on écoute dans sa caisse sur une highway qui borde l'Océan Pacifique. Introduit par le groupe bordelais Calc qui a été englouti par le traffic, Rob Crow et sa bande débarque sur les planches de la Maro sous les applaudissements d'un public déjà conquis.

Pinback est une récente machine à tubes. Autumn of Seraphs est un album assez paradoxal, à la fois indie et réservé aux connaisseurs (math), à la fois une forêt tropicale de tubes qu'on pourrait aisément entendre vingt fois par jour sur MTV. Avec des choses comme Good to Sea, Devil You Know et From Nothing to Nowhere, leur carrière de one hit wonder serait toute tracée. Pinback feat. Rihanna pourquoi pas. Je m'égare.

A première vue sur scène, la précision carthésienne du jeu de basse de Zack Smith est à elle seule un spectacle. Ce type joue de la basse comme Keziah Jones joue de la guitare. Un quart d'heure pour décrocher de son coup de poignet. Les morceaux de Autumn of Seraphs sont mis à l'honneur et sont également les plus efficaces en live. Attention autre blocage: le batteur. Sosie de Taylor Hawkins (Foo Fighters), ce type envoie du lourd et du contenu sur scène. Rythmiques pop inventives alternées avec des breaks, contre-temps, tout ce que vous voulez de compliqué et de stylé, il le fait. Alors le tout mélangé, les trois guitares, le piano, la basse, Pinback est un groupe qui impressionne. Tout est très juste, très carré, on écoute l'album avec un meilleur son, sans être péjoratif.
Pas de figures très charismatiques, du math-rock hein finalement.

Le choix d'accélerer Good to Sea fut amer. Toute la balance du morceau envolée.
How We Breathe, Barnes, Walters, Loro, Bouquet. Une setlist avec leurs gros tubes sans oublier leurs quelques douceurs.
Un groupe de math-rock sans blagues? Impossible. Quelques vannes fusent sur scène entre Rob et le guitariste de soutien "il fait chow ici" "what?" "I said, like our friend Nelly, it's getting hot in here" ou encore "accordeur" "what did he say?" "i call you gay in french" et qui comblent parfois des problèmes techniques "I want to say i play this song totally unplugged" et "when he plays this note, an angel falls into the sky" quand la basse de Zack aurait du jouer cette note.
Un peu trop de détails peut-être.

A retenir ? Autumn of Seraphs est un album formidable qui regorgent de balades et tubes pop. Sur scène Pinback nous fait une démonstration de sa maitrise technique. Néanmoins juste un bémol. Des fois il se veut trop pop au point que certains passages deviennent un peu trop "haaan hanhaaaaaan" ... comme une vocalise de Britney Spears. Deuxième bémol : les anciens titres m'ont ennuyé, comparés aux accrocheurs morceaux du dernier effort.
La salle semble tout de même conquise et obtiendra deux rappels avec un sourire jusqu'aux oreilles.

Mais dans tout concert il y a toujours UNE chose censée nous marque, ce soir ce sera un conseil: ne jamais crier "put your pine back!!" à un concert de Pinback. Ce sera désolation et isolement pour vous et vos potes.

A découvrir
Lavigne (Avril) - Let Go
Lavigne (Avril) - Let Go
Lorie - Près de toi
Lorie - Près de toi
Collins (Phil) - Face Value
Collins (Phil) - Face Value