4/10Perbost (Arsene) - Installez-vous...

/ Critique - écrit par Filipe, le 28/08/2005
Notre verdict : 4/10 - Le fils illégitime de Serge Gainsbourg et d'Etienne Daho (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 3 minute(s) - 1 réaction

C'est un type incroyable qui se lève la nuit pour s'installer nu au piano, qui miaule d'amour et mêle ses mots de hululements d'animaux, qui siffle comme s'il connaissait le langage des animaux. Disons qu'Arsène est un homme et un artiste instinctif. Pas de calcul ni de plan de carrière chez lui. Juste une fièvre de la note et du verbe qui n'est jamais tombée... Depuis, il chante comme d'autres rient : avec un naturel communicatif.

Nous n'en saurons guère plus au sujet de cet Arsène Perbost, si ce n'est qu'il n'en est plus à son premier coup d'essai musical. Après avoir eu le mérite d'auto produire son premier album (L'éveil amoureux de la bête - 2000), puis d'avoir partagé l'affiche avec de nombreuses personnalités du milieu, parmi lesquelles Sanseverino, Aldebert ou encore Debout sur le Zinc, le voilà donc en mesure d'enregistrer un second album (Installez-vous... - 2005), grâce au concours d'un sympathique petit label ardéchois : Bivouac Productions.

Installez-vous, glissez-vous là, ce fauteuil est pour vous... Par son premier titre, le très "guitaristique" Fille de l'air, Perbost nous invite à prendre place à bord de son espace détente. L'ambiance est à la dérive et au laisser-aller. Elle se prolongera jusqu'au dénouement de l'album. Il y a un tel relâchement que l'interprétation même d'Arsène Perbost, un brin mollassonne, a de quoi surprendre au premier abord. La poésie, l'humour, la provoc, le désespoir, l'amour, le sexe, l'alcool. Spontanément, le transpirant Nuits d'Ivoire et le libertin Capital' America évoquent les frasques d'un homme à la tête de chou, entendez le grand Gainsbourg. Arsène dynamite les conventions et joue les proseurs de bombes syntaxiques... Il met au jour ces émotions que d'autres enterrent et qui nous minent. Il y a bien du Daho en lui, ou du Higelin. Du moins dans ses placards...

... Car la comparaison s'arrête là. Les morceaux qui suivent pêchent à coup sûr par excès de décontraction. Arsène Perbost manque de panache, en se contentant de cette interprétation à demi voix, vaguement susurrée, qui permit à d'autres de s'illustrer en d'autres temps. Son timbre essoufflé, son langage écorché, ses rimes tout droit issues de seconde division : rien ne s'accorde plus au langage des cordes, des vents et des percussions, qui l'accompagnent à reculons dans cette espèce de descente aux enfers. J'ai le coeur qui chiale... Je veux pas mourir, avant d'avoir fait ci, avant d'avoir fait ça... Le genre de mélodie qui vous assomme, si tenté que vous lui accordiez une oreille plus ou moins attentive. Ainsi, Les Surfeuses, Contre-Poison, Les Fourmis, Petit Chat et Glandeur Nature sont autant de titres, qui me sont passés bien au-dessus de la tête, et ce malgré les nombreux rappels à l'ordre (prenant la forme de vulgaires sifflements d'oiseaux) du père Perbost.

Je dois admettre que les trois titres qui clôturent cet album (entendez Pas l'Heure, Ciao Bye Bye et Terre) m'ont assujetti à un bref regain d'intérêt pour ce dernier (en particulier les paroles un brin engagées de Terre !! Terre !! Vas-y sale colon fais tes châteaux d'sable, marine l'autochtone, dorénavant cap sur l'étoile), que je me suis permis de relancer, en vue d'une hypothétique réévaluation de l'oeuvre dans son intégralité. Mais je ne puis raisonnablement pas accorder mes faveurs à cet Arsène Perbost, qui se prend pour un autre, sans s'accorder la moindre chance de se distinguer sur la scène actuelle. Celui-là ne maîtrise pas encore assez bien l'art de interprétation "par-dessus la jambe". Son invitation n'aura pris qu'un instant. D'autres s'arrêteront peut-être plus longtemps que moi. Je lui accorde néanmoins mon soutien et lui souhaite de s'épanouir davantage pour l'éventuel enregistrement d'un troisième album (qui devrait se tenir aux alentours de 2010, si la logique est respectée).


01. Fille de l'Air
02. Nuits d'Ivoire
03. Capital' America
04. Les Surfeuses
05. Contre-Poison
06. Les Fourmis
07. Petit Chat
08. Glandeur Nature
09. Pas l'Heure
10. Ciao Bye Bye
11. Terre

A découvrir
Aldebert - Interview
Aldebert - Interview
Cri de la tour (Le) à Voisins-le-Bretonneux - Edition 2003
Cri de la tour (Le) à Voisins-le-Bretonneux - Edition 2003
Bloodhound Gang (The) - Hooray for Boobies
Bloodhound Gang (The) - Hooray for Boobies