7/10Paradis (Vanessa) - Divinidylle

/ Critique - écrit par juro, le 11/09/2007
Notre verdict : 7/10 - Paradis road (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 2 minute(s) - 11 réactions

Le come-back plutôt réussi d'une des plus célèbres éxilées française aux Etats-Unis à travers un album qui possède son lot de charme.

Il est évident que Vanessa Paradis est attendue au tournant, l'annonce médiatique de son album s'étant étalée sur des mois et sa collaboration avec -M- apparaissant comme une résurrection après Bliss. Avec Divinidylle, le style fluet et inchangeable de l'artiste conserve ses atouts et ses faiblesses mais dans un enrobage tout autre, apaisé, amusé, mature. Jeux de sons ou titres à consonance bien plus émotionnelle, cet album prend un côté résolument inattendu, la patte de Matthieu Chedid se faisant agréablement sentir...

vp10_1_022_250
Vanessa Paradis
Pas véritablement de tournant musical à attendre d'un tel album mais Vanessa Paradis parvient à se diversifier suffisamment pour flirter entre chanson et pop, voire un peu rock, folk et reggae. La très grande majorité des titres se révèle planante, légère, plutôt efficace pour accrocher l'auditeur FM. Mais on ne construit pas un personnage comme Vanessa Paradis uniquement avec des titres formatés alors on écrit pour elle et on fait appel à de nombreux artistes inspirés du moment. Outre Matthieu Chedid, les noms de Franck Monnet, Thomas Fersen et Albin de la Simone se bousculent au portillon. Même Brigitte Fontaine montre le bout de son nez ! Un tel rassemblement ne laisse forcément pas indifférent et l'album emprunte aux influences de chacun auxquels Vanessa Paradis s'agrippe.

Le subtil Chet Baker fait appel au champ émotionnel donné par la gravité du refrain et des paroles signées Jean Fauque. Il en est de même un sur tempo lent avec un véritable hymne à l'ésotérisme (Les Revenants). L'interprétation se montre à la hauteur pour séduire pleinement sur un titre véritablement inattendu. A essayer de se prendre au jeu de ses « aides de camp » pour l'album, Vanessa Paradis se montre parfois aussi peu à son aise comme sur le duo reggae avec -M- (Les Piles ou La Mélodie) et c'est un peu le principal défaut de l'opus où l'interprète ne devient plus que le vecteur de transmission de pensées de ces auteurs inspirés. Elle y perd parfois son identité, un peu comme dans chaque album mais conserve ce charme vocal qui fait tant défaut à d'autres.

Rimes et percussions donnent L'Incendie, petit plaisir amusant à s'écouter attentivement. De même, avec une manière presque similaire mais avec un goût plus pop, Dès que j'te Vois sonne et résonne. Une pointe de finesse supplémentaire dans cet album où les textes apportent souvent carrément plus que l'accompagnement musical. C'est déjà une bonne surprise de retrouver Vanessa Paradis avec un tel album, ne boudons pas notre plaisir surtout que le coffret intégral se révèle superbe avec ses deux booklets cartonnés.

Vanessa Paradis - Divinidylle
01. Divine idylle
02. Chet Baker
03. Les Piles (feat. -M-)
04. Dès que j'te vois
05. Les Revenants
06. Junior suite
07. L'Incendie
08. Irrésistiblement
09. La Bataille
10. La Mélodie
11. Jackadi

A découvrir
Noir Désir - Des visages des figures
Noir Désir - Des visages des figures
Aldebert - Interview
Aldebert - Interview
Muse - Origin of Symmetry
Muse - Origin of Symmetry