6/10Papaya Cake - Le bison blanc

/ Critique - écrit par nazonfly (), le 11/09/2012
Notre verdict : 6/10 - Tripes hop (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 4 minute(s) - laisser un commentaire

Le bison blanc, en voilà un titre qui évoque plein de choses, pire qu'une madeleine de Proust. La chanson de Saxon, The great white buffalo (chacun ses références!). Nos jeunes années avec Yakari. Hé bien cet album de Papaya Cake n'a rien à voir avec les deux souvenirs susnommés, ce qui fait une bien moche entame d'article.

Papaya Cake est un groupe de Niçois, émigrés dans la lointaine province d'Avignon. Pourtant ces origines sudistes ne se ressentent vraiment pas dans leur musique dont l'influence est à chercher plutôt du côté des froides cités industrielles de l'Angleterre. Papaya Cake, là encore un nom bien ensoleillé, officie plutôt dans un trip-hop intéressant car traversé de reverbs et de basses dubs, voire carrément electro/hip-hop.

Commençons d'abord par admirer les titres des chansons de Papaya Cake. Entre Anticyclope, Hurrah chips poésie, Encre prise, on peut déjà signaler une qualité du groupe : trouver des titres accrocheurs ! Après cet avant-propos toujours aussi peu utile, il est désormais temps de nous pencher sur la musique.

Trip-hop à tendance pop

Les longues nappes de Anticyclope posent les bases de Le bison blanc, soit du
Un T-shirt cd1d, c'est la classe !
trip-hop qui lorgne tout de même sans vergogne vers un aspect plus pop. Sur ce premier morceau (si on exclue l'intro
Some air) apparaissent les premières reverbs et les premiers effets qui donnent une belle couleur à ce bison. Alprazolam, du nom d'un médicament qui traite les troubles de l'anxiété, est un beau monument qui rappelle de bons souvenirs trip-hop avec une atmosphère embrumée et aquatique tout juste réhaussée par de discrètes touches arabisantes : le titre est sans doute l'une des plus belles pièces de l'album. Sur Pringle on the field, les reverbs se font plus présentes, envahissent le champ musical et, aidées par une basse qui fait bien son boulot de soutien dans le fond, lancent le morceau dans une expérimentation à la croisée de la pop, du dub et du trip-hop. Étrange, bien étrange morceau qui fonctionne plutôt bien.

Excursions dans l'ailleurs

Au contraire, le titre éponyme se rapproche un peu plus d'une pop classique et
Belle ambiance, ça donne envie !
déçoit du coup (on attendait mieux du bison blanc !) sans doute pour mieux tromper le monde avec ce Hurrah chips poésie, au nom béni, qui réussit à associer d'énormes basses qui prennent aux tripes avec un synthé qui joue tout en douceur. C'est exactement le genre de titre qu'on aimerait découvrir en concert ! Mirh Zübok ajoute au trip-hop un côté electro plus sauvage avec des beats qui frappent fort, là où ça fait mal, notamment dans un final halluciné et sans relâchement. Cariboo's beach retourne sur les terres plus calmes vues précédemment avec un mid-tempo qui pourra plus ou moins bien passer selon votre état de forme. How do you swirl ?, toujours dans la même veine tranquille, nous a un peu laissé de côté, ce qui n'est pas le cas de Encre prise où la batterie, les violons (réels ou simulés, difficile à dire) et la voix d'Illys la chanteuse se complètent parfaitement pour un résultat sympathique. Ijime aurait pu prendre le même chemin que How do you swirl ? mais a eu la bonne idée de faire un détour par un petit bout d'Inde et de terminer de façon complètement hypnotique, ce qui réhausse l'intérêt du morceau : il s'en est fallu de peu !

On regrettera cependant fortement la production de cet album : la voix de Illys est beaucoup trop étouffée, comme souvent dans les autprod, et manie l'anglais comme un gros morceau de chewing-gum. Ce défaut prend malheureusement beaucoup de place et il est nécessaire de se concentrer longuement sur la musique pour apprécier pleinement Le bison blanc. Si c'est un choix, il faut dire que c'est raté. Il y a pourtant de bonnes choses, de bonnes idées dans cet album. Ne manque plus que le petit plus qui fait souvent la différence.

En écoute, le teaser de l'album

Papaya Cake – Le bison blanc

01. Some air
02. Anticyclope
03. Alprazolam
04. Pringle on the field
05. Le bison blanc
06. Hurrah chips poésie
07. Mihr Zübok
08. Cariboo's beach
09. How do you swirl ?
10. Encre prise
11. Ijime
12. Afterword

A découvrir
Static-X - Machine
Static-X - Machine
Lofofora - Lofofora
Lofofora - Lofofora
Matt - Rnb 2 rue
Matt - Rnb 2 rue