6/10Orson - Bright idea

/ Critique - écrit par juro, le 09/07/2006
Notre verdict : 6/10 - Orson... well(s) (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 2 minute(s) - 2 réactions

Dans la grande lignée des nouveaux groupes pop/rock surfant sur la déferlante du moment, Orson fait son entrée en grandes pompes, trustant les plages horaires de toutes les radios se vantant « rock ». Avec son album Bright idea, les cinq membres du groupe évoluent dans un style vestimentaire entre AC/DC et Infadels
pour une musicalité tournant plutôt autour de Starsailor et compagnie. Etrange mélange. Autour de son leader Jason Pebworth, ce premier opus bouge mais ne convainc pas totalement...

Deux guitares, une basse, une batterie et la voix de Pebworth. Sans complaisance sur le papier, Orson pourrait provoquer du gros son mais ne décolle pas d'un son pop assez coutumier des radio songs entendus ça et là. Jouant sur le registre émotif des paroles autant que sur certains passages instrumentaux maîtrisés avec insistance, il ne fait aucun doute d'avoir à faire à un groupe expérimenté bénéficiant d'une bonne production. Les américains délivrent un album de pop orienté pour un public féminin, arguant d'amour et d'eau fraîche sur une ambiance sympathique. Pas désagréable mais sans génie non plus.

Bonne entrée en matière, Bright idea évoque d'emblée l'ambiance revêtu par l'album mettant en valeur le chant au milieu de guitares dissonantes, d'une batterie imprimant un rythme ordinaire et d'effets sonores naïfs contribuant à rendre l'album moins percutant. Forcément, le single No tomorrow ressort clairement du reste par sa vitalité impressionnante, Tryin to help sort du même tonneau... Avec son riff intro sonnant très AC/DC, Happiness aurait pu changer la donne mais la
suite ne laisse plus aucun doute, Orson sera pop ou ne sera pas. En se conformant à cette idée, l'appréciation de l'album se révèle différente Already over relate un ersatz de Starsailor (violons en moins), Downtown vire vers Sixpence. A l'inverse, la rythmique carrée de So ahead of me ne laisse rien transparaître. Last night et Look around construits sur un même mode opératoire tombent clairement dans la guimauve la plus parfaite. Assez désagréable à écouter plus d'une fois. Save the world joue sur une rythmique plus emballé et intéressante. La voix de l'interprète y étant pour beaucoup. Passionné et capable d'élever ou d'adoucir le rythme, les changements sont fréquents et créatifs.

Orson bénéficie déjà d'un gros succès avec son single No tomorrow mais cet album n'exploite pas pleinement le potentiel ressenti chez le groupe. Se référant au génie littéraire éponyme pour son nom de scène, les cinq d'Orson bénéficient de la plume mais peut être pas encore totalement du son...


Orson - Bright idea

01· Bright idea
02· No tomorrow
03· Happiness
04· Already over
05· Downtown
06· Tryin' to help
07· So ahead of me
08· Last night
09· Look around
10· Save the world

A découvrir
Dionysos - Western sous la neige
Dionysos - Western sous la neige
Lavigne (Avril) - Let Go
Lavigne (Avril) - Let Go
Pearl Jam - L'intégrale
Pearl Jam - L'intégrale