9/10Oasis

/ Critique - écrit par Filipe, le 25/06/2001
Notre verdict : 9/10 - Definitely Maybe (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 4 minute(s) - 13 réactions

Liam Gallagher -chant-, Noel Gallagher -chant et guitare principale-, Paul Arthurs -guitare-, Paul McGuigan -basse- et Tony McCarroll - batterie et percussions-... Oasis au départ... avec pour producteur Mark Coyle.

Premier album : Definitely Maybe, tout allait bien...

Oasis naît, le groupe se promet d'être le meilleur jamais vu, et surprend toute une génération en composant un album génial, plein de pures merveilles, en particulier: "Shakermaker", "Cigarettes and Alcohol" et surtout "Supersonic" et "Live Forever". Les frères Gallagher ont frappé un très grand coup dans le milieu de la pop anglaise et occupent longtemps les premiers rangs du box-office. Ils rappellent les Beatles, d'où un tel engouement. Les autres titres sont plus ou moins travaillés mais reste un autre titre, livré avec le premier album, sur un second CD, un titre qui résume ce qu'étaient les Oasis à l'époque, c'est à dire un groupe fabuleux: "Whatever".
Nous sommes en 1994.

Second album : (What's The Story) Morning Glory?, Oasis poursuit sa route jonchée de succès...

Alan White remplace Tony McCarroll, et Oasis change de producteur: le nouveau venu est Owen Morris. L'album est une bouffée d'oxygène, un chef d'oeuvre -je vais peut-être à l'encontre de nombreux critiqueurs, mais c'est moi le chef ici- rempli de titres inoubliables: "Wonderwall" -600.000 singles vendus, soit disque de platine-, "Some Might Say" -300.000 ventes-, "Roll With It" -400.000 ventes- pour les singles commercialisés, mais aussi: "Champagne Supernova", "Don't Look Back In Anger" -9ème single en 2 ans "She's Electric" pour d'autres. S'inspirant de leur muse éternelle: les Beatles, Oasis forge des titres rythmés, un peu "nunuches" mais tous très attrayants. Lors des concerts, les frères Gallagher font parler d'eux, mais pas forcément pour leurs talents sur scène: tous deux dotés d'un très fort caractère, ils vont jusqu'à se battre et annulent souvent des concerts, au grand désepoir des malchanceux qui ont tiré le mauvais numéro avec leur billet.
Nous sommes en 1995.

Troisième album : Be Here Now, Oasis tombe de son piédestal.

Oasis ne change pas d'équipe et va pourtant sortir un album nettement moins bon que les deux précédents: deux titres à noter tout de même, "D'You Know What I Mean", un titre très spectaculaire, et "Stand By Me", une nouvelle reprise des Beatles. Les incidents autour des tournées du groupe se multiplient, ce qui ne fait pas forcément une très bonne publicité. Néanmoins les très grands fans continuent d'être comblés avec cet album moyen, parfois étonnant: "Fade In Out" brille par son originalité, et "Don't Go Away" reste un très joli slow, très romantique... La concurrence que leur voue l'autre groupe de pop de l'époque, Blur, se fait de plus en plus sentir et Oasis ne peut le supporter: par magazines interposés, chaque protagoniste ne manque pas une occasion pour descendre l'adversaire (en anglais, cela devait à peu près donner "Fuck untel, Fuck tel autre", bref de quoi vendre du papier).
Nous sommes en 1997.

Quatrième album : The Masterplan, The masterplan was, there was no masterplan.

Noel Gallagher dira lui-même que ce que Oasis fait au cours de cette période, "c'est..." (texto) "de la merde". Et pour preuve, aucun titre de cet album n'a marqué les esprits, aucun! Ne sachant trouver un deuxième souffle musical, Oasis fatigue le public qui attend autre chose désormais. A noter la chanson "Going Nowhere", écrite par Noel en 1990; le titre préféré de celui-ci, qui au passage a écrit la plupart des titres d'Oasis et a écrit quelques chansons à usage "personnel", est "The Masterplan".
Nous sommes en 1999.

Cinquième album : Standing On The Shoulder Of Giants

"If I have seen farther than others, it is because I was standing on the shoulders of giants" -Sir Isaac Newton, février 1676-. Des titres live mis sur un CD, comme on prend des photos de sa famille pour marquer le coup, et mettre dans l'album avec les autres. Les frères ont mûri et offert, paradoxalement, le plus déjanté des albums. "Oasis, then. A new band. A new century. A new direction. And a fierce commitment to writing great songs and performing them with passion - which, of course, is nothing new at all." -www.Oasisinet.com-
Nous sommes en 2000.

Album souvenir : Familiar to Millions, un grand merci aux millions de fans

Imaginez le stade de Wembley. Liam Gallagher est au micro, Noel Gallagher et Gem Archer à la guitare, Andy Bell à la basse, Alan White aux percussions et Zeb Jameson à la console. Les titres interprétés? Ceux qui ont fait d'Oasis une légende: "Supersonic", "Live Forever" et "Rock 'n' Roll Star", issus du premier album... "Roll With It", "Wonderwall" et "Don't look back in Anger", issus du second album... "Stand By Me" du troisième album... et d'autres morceaux plus ou moins connus, plus ou moins remarquables. Deux concerts pendant l'été 2000 dans un stade de Wembley plein à craquer -70.000 spectateurs- ont suffi à ranimer les foules et à remettre un peu d'espoir dans le coeur de ceux qui n'arrivaient pas encore à oublier Oasis. Les titres ont été regroupés dans un album modestement baptisé: "Familiar to Millions" et il est de loin le meilleur album du groupe.
Nous sommes en novembre 2000.

A découvrir
Oasis - Don't believe the truth
Oasis - Don't believe the truth
Beady Eye - Different gear, still speeding. Comme du Oasis.
Beady Eye - Different gear, still speeding. Comme du Oasis.
Collins (Phil) - Face Value
Collins (Phil) - Face Value