8/10Night shield de Dtwice, un long EP

/ Critique - écrit par nazonfly (), le 26/10/2013
Notre verdict : 8/10 - Nocturne et brillant (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 3 minute(s) - laisser un commentaire

Dtwice est le projet parallèle de David Darricarrère, chanteur, pianiste et guitariste du groupe Smooth. Histoire de se lancer, voici un alléchant EP de 8 titres.

Avant toute chose, saluons ici Dtwice qui a le mérite d'agrémenter son 5 titres de 2 remixes et d'une alternate version histoire de porter la durée de Night shield à un peu plus de 30 minutes. On a l'impression d'en avoir pour son argent !

Est-ce que l'impression est la même après avoir écouté l'album ? Réponse en fin de critique !

L'EP ouvre de fort belle manière avec Devil's tune qui n'a franchement rien d'un morceau diabolique même s'il puisse clairement ses influences dans les rythmes disco. Heureusement pour nous Dtwice sait enrober ses rythmes d'une pop au groove indéniable avec une voix complètement nonchalante, ce qui donne un côté
DR. by Nat Malou  sur le Facebook de Dtwice
gentiment dansant au titre sans que l'on puisse se prendre pour le roi de la piste. À noter que le remix par 20Syl évince ces rythmes disco pour placer du 8-bit blippant et ainsi modifier radicalement l'atmosphère du morceau, à tel point qu'on ne le reconnaît presque plus. Dès Bright light, le côté disco est mis de côté pour une approche plus légère avec de belles nappes de piano qui emplissent le morceau d'un édredon confortable. L'envie de danser a disparu, ne reste plus que l'envie de planer, de se laisser partir en direction de cette lumière brillante.

L'arrivée d'une angélique voix féminine sur le superbe Night shield asseoit cette expérience de mort imminente et donne du volume au contenu hypnotique du morceau, grâce à ce beau dialogue entre la voix de Léa Colombet et celle de David Darricarrère, le gars derrière Dtwice. Mais les mots sont de trop pour décrire cette magnifique pièce ouvragée avec amour, un bouclier poli qui brille de mille feux doux au milieu des autres morceaux de l'album, à l'exception bien sûr du remix qui n'ose qu'à peine toucher à la beauté de l'original. En comparaison la version alternative a vendu son âme au dieu du rythme et a donc délaissé la délicate atmosphère tout en conservant les voix. Quel dommage ! Quelle déception !

La suite nous emmène par le biais d'un baiser de fées (Fairy's blow, Krinein premier sur la traduction) dans un univers plus sombre avec des percus plus graves qui devient complètement malsain en explosant sur sa fin, comme les fées peuvent se révéler abominables sans que l'on s'y attende. Et c'est Pleased to meet you qui va clore cet EP et cette critique, un morceau dans lequel la prépondérante guitare se marie avec des rythmes lourds et des rythmes plus légers pour un résultat qui est loin d'être la meilleure surprise de l'album.

Vous l'aurez compris à la lecture de cette critique, Night shield de Dtwice fait partie de ces EP dont chaque titre ouvre un univers différent même s'il est bien entendu qu'on ne passe pas de la guinguette au black metal et qu'on reste dans de l'electro plutôt atmosphérique.

Point fort : le titre éponyme et le magnifique (et je pèse mes mots) clip de Fairy's blow

Point faible : ce n'est qu'un EP

En écoute Fairy's blow

Dtwice – Night shield

01. Devil's tune
02. Bright light
03. Night shield
04. Fairy's blow
05. Pleased to meet you
06. Night shield (alternative version
07. Devil's tune (20syl rmx)
08. Night shield (Pegase rmx)

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : White crocodile et Fragile, deux EPs, deux univers, deux réussites