6/10Nedry - Condors

/ Critique - écrit par athanagor, le 13/04/2010
Notre verdict : 6/10 - Contre toutes probabilités, le condor sait (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 3 minute(s) - laisser un commentaire

Premier album d'une jeune formation londonienne, Condors tente, sans encore convaincre, une alchimie entre l'électro, la guitare et la voix fragile de sa chanteuse.

Difficile à appréhender dans son premier abord, l'album Condors du groupe Nedry, est une mosaïque de couleurs qui se déclinent toujours dans les mêmes tons. Interloqué par la multitudes de points d'ancrages auxquels l'oreille peut s'accrocher, on répétera l'écoute de ce disque pour parvenir à en dégager les éléments que l'on veut croire nous être familiers. A force d'auditions et d'attention, certains éléments imparables se feront jours, mais ne nous y trompons pas, c'est la curiosité des références et non l'envie qui a conduit ces multiples écoutes.

Dans les premiers temps, un des éléments les plus frappants se révèlent être la voix d'Ayu Okakita. D'une grande similitude avec celle de Björk dans le premier morceau, elle évoluera vers le timbre de Dolores O'Riordan, puis se conclura sur un mélange de ces deux styles, similaires et distincts, penchant parfois vers l'un, souvent vers l'autre. Pour autant que cette alchimie soit, à y regarder de près, un mélange original, l'écoute ne laisse transpercer que quelque chose d'assez anodin et de déjà entendu. Pourtant, des passages plus sensibles que d'autres, et des cadences plutôt étranges donneront parfois à ce filet de voix l'occasion de montrer son côté obscur. Malheureusement, comme pour Squid Cat Battle, auquel on prédit une belle carrière de musique de pub pour Levi's, le manque patent de coffre de ce petit bout de femme stoppera net ces efforts dans le développement d'un frisson authentique.

Second élément qui retient l'oreille, c'est l'usage prééminent de cette sonorité ventrue et ronflante popularisée par Quentin Dupieux (M. Oizo) dans son tube Flat Beat. Reprise comme telle, délaissant la mélodie pour assurer une rythmique très en phase avec le beat, ce son semble ici conçu comme un instrument à part entière. Et on s'habitue assez bien à sa présence, comme on a dû le faire de la sonorité de la guitare saturée après la deuxième ou troisième écoute de You really got me des Kinks. D'ailleurs, en parlant de guitare, ce n'est que bien plus tard qu'on prendra véritablement conscience de la présence quasi systématique de cet instrument, à côté du chant et de l'instrumentation électro. Parfois discrète, exécutant un simple office d'accompagnement mélodique comme dans Apple & Pears, elle va jusqu'à affirmer son identité avec violence dans le mélange sonore recherché, en envahissant l'espace dans Scattered, de loin le meilleur titre de l'album. Pourtant dans ces deux morceaux, cet instrument finira toujours par laisser la part belle à l'électro, dont les mises en place sont tout ce qu'il y a de plus honorable et de plus rythmé, avec son pesant de Time Warp et de nappes de synthés bien senties, même si rien de particulièrement original n'en ressort.

Difficile donc d'établir un schéma sur cet album qui alterne électro et instrumentation plus pop-rock, mais jamais dans un mélange totalement maîtrisé. L'impression dominante reste celle d'une succession de styles d'un titre à l'autre. Parfois Björk, parfois Aphex Twin, parfois Radiohead, parfois RJD2 (avec modération tout de même), Nedry ne réussit vraiment une intégration de ses multiples influences que dans le titre Condors qui, sur une base rythmique afro-indienne, réussit l'introduction naturelle et limitée de ses éléments électros, par le biais d'une scansion envoûtante, assurée par la voix fragile de sa chanteuse. Pourtant, malgré ce bon bilan, ce titre n'a rien d'un tube et pourra même rebuter dans les premiers instants. Au final, il faudra croire que cet album ne restera pas longtemps dans les playlists, passée l'analyse intriguée de l'auditeur, car n'offrant pas de véritable moment de réelle et complète magie.

 

Nedry - Condors

01. A42
02. Apples & pears
03. Four layers of pink
04. Squid cat battle
05. Scattered
06. Condors
07. Swan ocean
08. Where the dead birds go

A découvrir
M - Le Baptême
M - Le Baptême
Nickelback - Silver Side Up
Nickelback - Silver Side Up
Radiohead - L'intégrale
Radiohead - L'intégrale