8/10mYpollux - EP Contraires

/ Critique - écrit par Danorah, le 15/09/2006
Notre verdict : 8/10 - Prometteur (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 2 minute(s) - 1 réaction

Après avoir pointé le bout de leur nez avec Trouble Amarante, premier album autoproduit, les quatre musiciens de mYpollux refont surface dans l'actualité musicale, soutenus cette fois par un label (Up Music), et semblent bien résolus faire parler d'eux. En témoigne cette sortie, online uniquement, d'un EP contenant six titres de leur second album, Contraires (dont la sortie est quant à elle prévue pour le mois d'octobre). Un concentré d'énergie et de poésie au caractère bien trempé.

Metal abrasif ou pop acidulée ? Murs de guitares électriques ou cordes veloutées ? Cris déchirants ou petite voix chuchotée ? Avec mypollux, nul besoin de se confronter à ces choix douloureux, puisque tout est fourni : le second album s'appelle Contraires, et ce n'est pas sans raison. Plus que jamais présente dans les créations du quatuor, cette dualité se fait sentir aussi bien dans les textes, sombres et joliment poétiques, que dans la musique, qui alterne sans vergogne les passages d'une lourdeur imposante et les immobilisations subites en état d'apesanteur (Par défaut s'étoffe notamment entre ces deux extrêmes et démontre l'impressionnante étendue des possibilités vocales de la chanteuse Lussi, qui tour à tour chante, parle, crie, chuchote ou murmure.)

Cet EP s'orne également de quelques titres moins surprenants mais aussi directs qu'efficaces : Jeu, parfait premier single, déploie avec largesse ses couplets rythmés et son refrain entêtant, tandis que sur le titre Coffre à souhait, mYpollux s'offre, le temps d'une collaboration avec le chanteur de Gojira, une seconde voix grondante et rocailleuse à souhait (les effets rythmiques produits sont par ailleurs du plus bel effet). Tout aussi directs mais un peu moins efficaces, Paraffine et Ubiquité séduisent néanmoins, le premier grâce à ses couplets, et le second pour son imparable refrain (à noter tout de même que la conclusion de Paraffine, tout en violoncelle et contrebasse, tombe - passez-moi l'expression - comme un cheveu sur la soupe, à la manière d'un rajout postiche et artificiel dont on se demande ce qu'il fait là et pas ailleurs). Reste Qui dort dîne, excellent titre qui prouve que mYpollux sait aussi donner dans les tempi plus lents et les compositions plus atmosphériques, pour un résultat plus qu'enthousiasmant.

Difficile de se prononcer sur ce qui ne constitue pas une oeuvre à part entière, construite et pensée comme telle, mais simplement sur un aperçu de celle-ci. En l'état actuel des choses, on retiendra des compositions et des textes à la personnalité très marquée, mais manquant un peu de variété pour séduire tout à fait. Un peu trop homogène et monolithique, cet EP n'en reste pas moins une belle réussite et atteint avec éclat le but recherché, à savoir nous mettre l'eau à la bouche pour l'arrivée imminente de l'album complet, que l'on ne voudrait manquer pour rien au monde.


mYpollux - EP Contraires
01. Jeu
02. Coffre à souhaits (feat. Joe de Gojira)
03. Paraffine
04. Qui dort dîne
05. Ubiquité
06. Par défaut

A découvrir
Lofofora - Le fond et la forme
Lofofora - Le fond et la forme
Ill Niño - EP
Ill Niño - EP
Korn -
Korn -