Musiques de confinement

/ Actualité - écrit par nazonfly (), le 13/05/2020

Temps de lecture estimé de l'article : 4 minute(s) - 1 réaction

Ça y est, nous sommes déconfinés ! Mais le confinement a été musical, il fallait faire un article !

Le ciel se couvre de nuages, une triste pluie tombe et le froid s’installe. Le temps parfait pour une rentrée automnale. Sauf que ce n’est pas l’automne et que la seule rentrée est cet étrange retour de confinement. Le confinement… une période vraiment bizarre. Chacun seul chez soi, pas de sorties, pas de concerts. Mais finalement pas mal de musique. Des gens qui chantent à leur balcon, des artistes qui partagent des mélodies. Pour combler l’absence de musique live, il y a même eu des initiatives de directs sur internet comme le festival Je reste à la maison où on a pu voir Catfish, Chapelier fou, Clarika, Didier Wampas, Oxmo Puccino, Yael Naïm et tant d’autres : pas moins de 95 artistes ont offert quelques minutes de leur temps entre le 1er avril et le 7. Comme si l’on ne pouvait finalement pas se passer de la musique.

Évidemment le confinement a débridé toutes les énergies et nombreux sont ceux qui se sont inspirés de la situation pour créer, comme Pomme qui a sorti un mini-EP de 7 minutes, le Quarantine phone sessions : 5 titres disponibles seulement pendant la durée du confinement. Patrick Sébastien s’est enfermé dans sa voiture pour reprendre ses célèbres sardines en mode Sardines confinées. D’autres ont repris le Libérée, délivrée de la Reine des neiges en Enfermé, confiné. Même Helmut Fritz a ressorti de ses cartons Ça m’énerve pour une version 2020 en mode solitaire sur les toits de Paris. Parmi ces reprises sympathiques, il faut noter la belle cover de Vesoul de Brel par Les Goguettes.

D'autres ont préféré proposer des compositions originales. Giedré aussi y est allée de ses compositions drôlatiques sur le confinement avec notamment Arrêtez qui s'insurge contre cette tendance à vouloir absolument faire son pain. Et à le montrer à tout le monde.

Personnellement j’ai découvert un peu par hasard la petite ritournelle nostalgique de Phanee de Pool, On se prenait dans les bras.

Bien sûr, en plus des reprises plus ou moins bien senties, des compositions plus ou moins réussies, le confinement a vu son lot de chansons de bon esprit, tournées vers les soignants. S’y est essayé, par exemple, un trio composé Marc Lavoine, Pascal Obispo et Florent Pagny avec Pour les gens du secours. La décence nous retiendra de rappeler que Pagny a commis Ma liberté de penser, une chanson anti-impôts. Ah mince, trop tard.

Il y a bien sûr eu la chanson collective, qui s'appelle Et demain ? où chanteurs (Amel Bent, Maître Gims), sportifs (Didier Deschamps, Lilian Thuram), humoristes (Jérémy Ferrari, Frank Dubosc), acteurs (Gérard Jugnot, Omar Sy) viennent poser leur voix, leur tronche au profit de la Fondation des Hôpitaux de Paris, tout comme Calogéro et On fait comme si. Via la même Fondation, Grand Corps Malade veut diriger ses profits vers l’hôpital Delafontaine de Saint-Denis (93) et l’hôpital François Quesnay de Mantes la Jolie (78). Le titre s'appelle Effets secondaires.

Pour finir ce tour rapide de musiques de confinement, un peu de rap toujours tourné vers les soignants avec Urgences musicales de Dooz Kawa (feat. Greenfinch, Swift Guad, Saligo, Dah Conectah, Nano, Dooz Kawa, Davodka, Demi Portion & Degiheugi)

Le confinement est terminé mais les festivals d'été sont annulés à tour de rôle, les amateurs craignent déjà pour la reprise musicale de septembre. Quand pourra-t-on enfin revoir des artistes sur scène ?

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : White crocodile et Fragile, deux EPs, deux univers, deux réussites