8/10Múm - Summer Make Good

/ Critique - écrit par Danorah, le 15/08/2006
Notre verdict : 8/10 - Ciel brouillé (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 2 minute(s) - laisser un commentaire

Décidément, l'Islande est un pays étrange. Un terrain, selon toute vraisemblance, propice à la prolifération des musiques électroniques. Entre autres Björk, Sigur Rós ou encore Bang Gang, Múm fait figure de petit poucet semant ses cailloux sur les sentiers tortueux du trip hop. Frêles balises qui n'empêcheront pas nombre d'oreilles de s'égarer à l'écoute de la musique fondamentalement abstraite et contemplative du trio nordique.

Bizarrement, Summer Make Good est un album presque plus visuel qu'auditif. Jamais bien loin de la mer, la musique se teinte de sonorités liquides et cristallines, laisse entrevoir une mouette, un bateau, le va et vient des vagues, tangue au gré des marées et des vents. Tantôt agitée et turbulente, tantôt apaisée, c'est une mer aux mille visages que nous fait découvrir Múm. Parfois se dessinent au loin des paysages humides et brumeux, dignes du Ciel brouillé de Baudelaire. Parfois au contraire c'est une île aux contours fantomatiques qui émerge à l'horizon sur le miroir poli de la mer.

Les trois Islandais décrivent les nuages, le bleu du ciel ou encore la caresse du vent, avec pour seul et unique intermédiaire la musique. Ou plus exactement les samples, les instruments et le chant. Lents et calmes, parsemés de petits bruits insolites, les morceaux s'étendent à perte de vue sur des nappes synthétiques et lisses, lesquelles sont agrémentées des apparitions sporadiques d'un accordéon, d'un carillon ou de cordes pincées frissonnantes. La voix enfantine (certains diront angélique) de la chanteuse se mêle à ces élucubrations musicales dans un anglais à la prononciation cotonneuse et incertaine (« r » roulés du plus bel effet, consonnes gommées). Mélopées envoûtantes, sirène rêveuse et insaisissable à laquelle on ne peut - ni ne veut - se soustraire.

Weeping rock, rock transporte et ensorcelle, The island of children's children enchante, Will the summer make good for all of our sins ravit, The ghosts you draw on my back berce et apaise. Sing me out the window interpelle, mais Oh, how the boat drifts ennuie. Nightly Cares endort carrément. Summer Make Good nécessite de fait une écoute attentive et une oreille à l'affût de chaque détail, sous peine de passer un quart d'heure soporifique au possible.

Le dernier album de Múm est à concevoir comme une galerie de tableaux à observer minutieusement, ou comme un travail d'orfèvre sur les ambiances et les atmosphères. Féerique mais exigeant, fantaisiste mais rigoureux, Summer Make Good étonne et donne à réfléchir. Etrange mélange entre abstraction et impressionnisme, rigueur géométrique et envolées lyriques : tout un programme...


Múm - Summer Make Good
01. Hú hviss - A ship
02. Weeping rock, rock
03. Nightly cares
04. Ghosts you draw on my back
05. Stir
06. Sing me out the window
07. The island of the children's children
08. Away
09. Oh, how the boat drifts
10. Small deaths are the saddest
11. Will the summer make good for all of our sins?
12. Abandoned ship bells

A découvrir
M - Le Baptême
M - Le Baptême
Blink-182 - Enema of the State
Blink-182 - Enema of the State
Deftones - Around the fur
Deftones - Around the fur