9.5/10Mudvayne - Lost and Found

/ Critique - écrit par Emeric, le 25/09/2005
Notre verdict : 9.5/10 - Le cyclone en action (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 3 minute(s) - 3 réactions

En 10 secondes top chrono, on a droit à un gros hurlement suivi d'un traditionnel et incontournable "fucking". Oui, Mudvayne, c'est un peu bourrin. Alors certes, ça fait un peu cliché, mais détrompez-vous, Mudvayne n'est pas un groupe qui a succombé à la mode métal, popularisée par Korn et démocratisée à l'ensemble des djeuns' par Slipknot ou Limp Bizkit.


Mudvayne, formé dès 1996 en est à son troisième album bien empreint de la marque MudVayne. L'empreinte Mudvayne ? Et bien, comme le dit Loic, c'est un style à la fois lourd et puissant, mais très rythmé - la prestation de Ryan Martinie est remarquable à la batterie - ce qui rend l'ensemble très fluide. Pour le chant, c'est le même combat, à la fois violent - hurlements interminables - mais aussi calme et mélodique, le tout étant finalement très nuancé ! Passages chantés et criés alternent de manière naturelle, souvent au sein même d'une chanson. On reprend son souffle pour repartir ensuite de plus belle. Cette curieuse alchimie, qui fonctionne à 100%, fait de Mudvayne un groupe atypique plutôt dédié aux amateurs de gros son, mais pas seulement. En effet, l'amateur de chansons françaises que je suis trouve pourtant son compte dans chacun des opus des 4 compères de l'Illinois. Ok, une période de sevrage plus ou moins longue est nécessaire et il m'a fallu un mois ou presque pour digérer L.D. 50 et apprécier à sa juste valeur The End of all Things to Come. Ensuite le traitement Mudvayne fait son effet et on devient vite accro, dépendant et impatient à chaque sortie d'album. 3 ans après The End of all Things to Come, voici Lost and Found.

C'est un très bon album où l'on retrouve ce que l'on apprécie chez Mudvayne, bien que la posologie se soit un brin adoucie pour traiter un plus grand nombre de cas. Les fans purs et durs seront alors probablement déçus par Happy? ou Tv and Radio, titres largement accessibles à un publique rock énervé. TV and Radio, pour en parler rapidement, est le pire titre de l'album, beaucoup trop poussif et conventionnel avec un refrain catastrophique "I don't wanna be, wanna wanna be, I don't want to be here", chanté de façon rapide, l'effet de style est foiré. Mudvayne serait-il tombé dans le côté obscur ? Négatif chef ! Ils prouvent avec tout le reste de l'album sur des titres comme Determined ou IMN (titre bourrin par excellence) qu'ils ont su résister à la tentation. Ils imposent même un titre ou plutôt LE titre de l'album, Choices. 8 minutes où l'on sent la puissance monter petit à petit, du doux départ mélodique - aidé d'une guitare sublime - aux refrains plein de rage et désespoir. Comme le suggère l'illustration de la pochette, on se retrouve en plein milieu d'un cylone qui dévaste tout sur son passage et qui laisse derrière lui, sous un ciel redevenu bleu, un paysage désertique. Le petit gosse qui tient du bout de l'oreille sa peluche semble imperméable à tout et continue de tracer sa voie. De part et d'autre de cet énormissime Choices s'articule un ensemble de titres aussi énergiques les uns que les autres, pas de fausse note, l'ensemble est équilibré et les 57 minutes de l'album s'enchainent d'une traite.


Matt Mcdonough, à propos de Lost and Found, nous livre : "avec cet album nous avons définitivement trouvé notre voie" - "now this is a Mudvayne album" ! On vous aura prévenu !

A découvrir
MuDvAyNe - The End of All Things to Come
MuDvAyNe - The End of All Things to Come
Korn -
Korn -
Alizée - Gourmandises
Alizée - Gourmandises