8/10Moby - Wait For Me

/ Critique - écrit par wqw..., le 03/07/2009
Notre verdict : 8/10 - L'attente en valait la peine (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 2 minute(s) - 4 réactions

En quittant l'air aseptisé des grands studios, Moby a retrouvé ce qui est sans doute le plus important, se faire plaisir avant tout, réussissant par là-même à séduire l'auditeur.

C'est non sans réserve que j'ai placé ce nouvel opus de Moby sur ma platine. Sans doute la déferlante observée depuis ces dernières années avait fini par me pousser dans un certain écœurement, une réaction du type « trop présent pour être honnête... » Pourtant en découvrant Wait For Me, la surprise est au rendez-vous, une agréable surprise.


Enregistré dans son studio dans le Lower East Side (« le terme ‘studio' paraît toujours un peu démesuré pour qualifier un tas de matos pluggé dans une chambre »), celui-ci nous entraîne dans un voyage au cœur des années 1990, quand le rock a refait surface, quand le trip-hop révolutionnait l'Angleterre et le reste du monde, quand l'électronique venait habiller la pop d'arrangements judicieux.

Du Londinium d'Archive au The Space Between Us de Craig Armstrong ou même les errances de Sigur Rós, l'islandais ou le vonlenska en moins, le temps de "jltf" avec la délicieuse interprétation de Melody Zimmer. Moby a d'ailleurs choisi de travailler avec des amis car « travailler avec des amis est presque toujours plus sympa que de travailler avec des rock stars. » Agréablement surpris également par le timbre sombre de Moby lui-même sur "Mistake", rencontre de Dave Gahan (Depeche Mode) et de Michael Stipe (R.E.M)...


Ici les sonorités de l'Orange Mécanique de Kubrick ("A Seated Night"), des synthés empreints d'identité, là des guitares aérées, habitées. Peut-être doit-on y voir là l'élément déclencheur de ce nouvel album : un discours de David Lynch aux BAFTA Awards parlant de la créativité comme but ultime, « dégagée de toutes pressions mercantiles », sans s'adapter aux demandes du marché.

En quittant l'air aseptisé des grands studios, Moby a retrouvé ce qui est sans doute le plus important, se faire plaisir avant tout, réussissant par là-même à séduire l'auditeur. Calme et mélodique, Wait For Me laisse transparaître une saine sincérité, soulignée par le mixage analogique de Ken Thomas (Sigur Rós, M83, Throbbing Gristle...) qui donne à l'ensemble une saveur lumineuse.

 

Moby - Wait For Me
01. Division
02. Pale Horses
03. Shot In The Back Of The Head
04. Study War
05. Walk With Me
06. Stock Radio
07. Mistake
08. Scream Pilots
09. Jltf 1
10. Jltf
11. A Seated Night
12. Wait For Me
13. Hope Is Gone
14. Ghost Return
15. Slow Light
16. Isolate 

A découvrir
Armstrong (Craig) - As if to nothing
Armstrong (Craig) - As if to nothing
Static-X - Machine
Static-X - Machine
Collins (Phil) - Face Value
Collins (Phil) - Face Value