8/10Mew - Frengers

/ Critique - écrit par Vincent.L, le 18/09/2007
Notre verdict : 8/10 - Rock fringuant (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 3 minute(s) - 2 réactions

Frengers est le troisième album de Mew. Sorti en 2003, il aurait du propulser le groupe danois dans la galaxie des meilleurs groupes du monde, aux côtés de Radiohead, Muse et Coldplay. La France est totalement passée à côté...

De quoi faire ronronner les filles.
De quoi faire ronronner les filles
Au pays de la musique rock et pop « radio friendly », Coldplay règne en maître depuis le début du XXIe siècle. Pourtant, de nombreux groupes derrière proposent des chansons tout aussi mélodiques, mélancoliques, « catchy » et immédiates. Avec plus au moins de réussite sur la régularité, on peut citer Aqualung, Novastar, Keane ou encore Ghosts. Au Danemark en 2003, un groupe au drôle de nom, Mew, y parvient, avec des pointes de ventes logiques dans son pays d'origine et en Angleterre. Comme souvent, la France reste hermétique et à la traîne (le disque n'est pas distribué) tandis que les Etats-Unis restent centrés sur leurs productions nationales.

Singles implacables

Les quatre membres, qui ont formé leur histoire dans le milieu des années 1990 à Hellerup, ont tout pour atteindre les sommets de la gloire. Des guitares pénétrantes à la Smashing Pumpkins (flagrant sur le redoutable She Spider), un goût pour les mélopées fédératrices, un leader à la voix perçante et une aisance pour passer d'un genre à l'autre. L'éclectisme est de mise. Des liens de parenté peuvent apparaître avec les Pet Shop Boys, Radiohead et les Pixies. Les singles implacables se suivent et ne se ressemblent pas. De l'éruption space-rock d'Am I Wry? No à l'ambitieuse ballade post-rock Comforting Sounds (monstre de réussite sur tous les plans), la formation laisse rarement place aux flottements. Loin pour autant de s'enfermer dans le format 3'-3'30, Mew distille ponts, ruptures, surprises et élans dream-pop.

Mew éblouit par leurs pattes de velour
Mew éblouit par ses pattes de velour
Pour certains auditeurs, la plupart des titres ici présents sont déjà connus. En effet, en 2000, les danois avaient sorti Half the World Is Watching Me, qui comportait des versions différentes d'Am I Wry ? No, 156, Symmetry, Her Voice Is Beyond Her Years, She Came Home for Christmas  et Comforting Sounds. Inconvénient, certaines de celles-ci sont moins bien arrangées que les originales. On pense notamment à Her Voice Is Beyond Her Years (en duo avec la suédoise Stina Nordenstam). Bien sûr, la réciproque est totalement valable, comme le démontrent Symmetry (en duo avec l'américain Becky Jarrett, âgé de 14 ans à l'époque) qui gagne en spleen et surtout l'inoubliable Comforting Sounds (dont les guitares s'affolent bien plus et où les arrangements de violons et de claviers touchent des monts de virtuosité et de puissance).

Reste que de Half the World Is Watching Me, Mew n'a pas forcément repris tous les meilleurs titres. Ainsi, l'absence des titres très poppy (Saliva) ou new wave (Mica) frustre, d'autant que l'album est aujourd'hui difficilement trouvable. Heureusement pour nous, en 2005, Mew allait pousser une nouvelle série de miaulements et de ronronnements harmonieux où l'énergie rock est encore décuplée, se rapprochant davantage d'un Muse ou d'un System of a Down. Bref, une galette remplie de vitamines avec une étoile de plus.


Mew – Frengers
01. Am I Wry? No 
02. 156 
03. Snow Brigade 
04. Symmetry
05. Behind the Drapes 
06. Her Voice Is Beyond Her Years   
07. Eight Flew Over, One Was Destroyed  
08. She Came Home for Christmas   
09. She Spider 
10. Comforting Sounds

A découvrir
Muse - Origin of Symmetry
Muse - Origin of Symmetry
Coldplay - Parachutes
Coldplay - Parachutes
Muse - Hullabaloo Soundtrack
Muse - Hullabaloo Soundtrack