6/10MC Salò sort Sibylline et c'est pas beau à voir

/ Critique - écrit par nazonfly (), le 03/05/2019
Notre verdict : 6/10 - Moins que sibyllin (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 4 minute(s) - laisser un commentaire

Attention les oreilles, après Cadillac, un nouvel évadé de Stupeflip se pointe sur nos platines.Ça t'agrippe, ça t'attrape. Et ça fait encore moins de sentiments.

Stup Virus était annoncé comme étant le dernier album du groupe Stupeflip. On n’y croyait pas trop. Mais après la sortie de Originul de Cadillac, voici que MC Salò sort lui aussi un album solo répondant au nom de Sibylline. Alors on se dit que peut-être ce n’était pas une blague et qu’on aura rapidement un album de chacun des membres du Stup Crew. Toujours est-il que nous vous parlons ici de Sibylline et pas du reste des éventuelles sorties même s’il va être difficile de ne pas évoquer Cadillac dans cet article.


DR. Sibylline de MC Salò, une allégorie

Une fois n’est pas coutume, nous devons vous dire quelques mots de la pochette de l’album, immonde et volontaire collage à base d’un paysage désertique (islandais?), d’un Amérindien et d’un chien les pattes écartées entre lesquelles se trouvent le nom de MC Salò et un haut-parleur. Cette pochette donne probablement le ton de l’album qui part un peu dans tous les sens, ne ressemble à pas grand-chose et semble être créé à partir d’essence même de mauvais goût (comme les jolis collages promos qui accompagnent cet article). C’est pour cette raison que la première écoute est ardue et donne envie de jeter le disque. Pourtant, au fil des écoutes, on commence à trouver des idées intéressantes et quelques chansons pas si mal.

Jeux de mots foireux et instrus délirantes

Comme chez Stupeflip ou chez Cadillac, on ne peut échapper aux jeux de mots foireux : « minables abdominaux » « la tête dans le cellulaire, ta cellule elle sait lire l’air » (Mélodie urbaine), « les seules levures chimiques qui fassent lever le ferment d’la trique, un esprit nichon dans un corps nichon » (Les brebis en Babibel), ainsi que les allitérations percutantes sans aucun sens comme « Les brebis en Babibel, j'm'lèche les babines à sec, un Playmobil Buffalo Bill bute Bison futé » (Les brebis en Babibel) . On est donc en terrain connu même si MC Salò ne braille pas et laisse un arrière goût étrange avec la multiplication d’accents bizarres : sa voix est complètement nasillarde sur Séduit la fouille, elle zézaie sur Dodécacophonique, MC Salò va même jusqu’à parler italien sur Principio di precauzione ou prendre un étrange accent sur Dingomégalo. Pour aider MC Salò, on retrouve bien évidemment Oliboy de Tatapoom (Dodécacophonique, Dans une brillante atmosphère, Marmelade à la louche, Salo memory) ou encore ses compères de Stupeflip (King Ju sur Salò Memory et Cadillac qui vient hurler sur Des envies d’élégance).


DR.

Quand on écoute avec attention, et plusieurs fois, Sibylline, on peut se rendre compte qu’il y a une réelle recherche dans le son. Au delà des beats qui claquent et du synthé de mauvaise facture (Mélodie urbaine) ou de la gentille mélodie pop (Principio di precauzione), Sibylline possède quelques belles instrus comme la petite ritournelle rampante et effrayante de Dans une brillante atmosphère, les nappes mouvantes de Dodécacophonique ou le fond plus classique de Les brebis en Babibel mais l’instru la plus originale reste celle de Cœur croisé soutient le twist : des sons déstructurés se cachent derrière les beats et la voix entêtante, des sons qui ressemblent à une piste passée à l’envers (mais ne l’est a priori pas après test rapide). Original et franchement étonnant.

Sibylline n’est pas un album facile à appréhender. Des voix étranges aux accents saugrenus et des instrus souvent déstabilisantes donnent un résultat résolument foutraque, un peu comme si les pires côtés de la musique de Stupeflip avaient été poussés au max. Et pourtant, à condition de donner le temps à l’album, ça ne marche pas si mal au final.

En écoute Dodécacophonique

La critique en 140 caractères : Foutraque, bordélique, déstabilisant, l’album solo de MC Salò, ex-Stupeflip, est désormais dans les bacs… si vous avez le courage.

MC Salò – Sibylline

01. Séduit la fouille
02. Pour ne pas perdre du temps
03. Mélodie urbaine
04. Les brebis en Babibel
05. Cœur croisé soutient le twist
06. La forme parfaite
07. Dodécacophonique
08. Principio di precauzione
09. Dans une brillante atmosphère
10. Je presse le pas
11. Dingo mégalo
12. Marmelade à la louche
13. Salò memory
14. Des envies d’élégance

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : White crocodile et Fragile, deux EPs, deux univers, deux réussites