7.5/10Marjolaine - EP

/ Critique - écrit par juro, le 10/11/2005
Notre verdict : 7.5/10 - Marjolaine sans les millionnaires (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 2 minute(s) - 3 réactions

Balisons le terrain ! Cette Marjolaine n'a rien à voir avec la bimbo d'une célèbre émission d'été... Sincèrement quand on vous refile un sample du ministre de l'économie Thierry Breton vous déblatérant un bilan politique et économique en intro d'un premier morceau d'une artiste dont vous ne connaissez absolument rien,
deux choix s'offrent à vous : le rejet immédiat (mauvaise solution) ou la surprise accompagnée de l'envie d'en savoir plus (bon choix). La curiosité n'est pas un vilain défaut et Marjolaine va vous le prouver en seulement quatre titres de son futur album, Babysidecar. Portant un regard critique sur notre société, révélant des personnages blessés, l'interprète déploie sa grâce avec humour s'exprimant par une voix tour à tour charmeuse, grave ou improbable dans les aigus, le tout coulant sur des textes intimes. Les arrangements étranges, déroutants, surprenants s'organisent autour d'une invention drolatique mais efficace : le babysidecar.

Qu'est-ce donc que ce babysidecar ? Tout simplement un système permettant à Marjolaine de jouer de la basse et de la batterie en même temps. Du coup, l'orchestration du duo s'en retrouve augmenté avec de nombreux effets scéniques qui devraient prendre toute sa place en concert. L'hétérogénéité des titres annonce une artiste complète s'illustrant avec force aux différents instruments, tout comme son compère Rémi Sciuto.

Plus en détail, cet EP annonce un album haut en couleur avec quatre titres aussi distincts, sublimant des textes de la vie quotidienne fait d'amour et de haine. Guitare électrique et batterie à fond les manettes pour Stravisnky, ambiance mélancolique et douce pour René le phoénix, un simple air de piano minimaliste pour Tais-toi suffit à mettre pleinement Marjolaine en valeur pour sa vois subtile pleine de surprises, passant d'un registre grave à aigu avec une telle facilité que le titre en devient déroutant. Le dernier titre bourré d'effets constitue une sorte de petite récréation sur un air guitare acoustique dans lequel le laisser aller absurde prend une place délirante. La dernière note confirmant totalement cette impression.

Majolaine livre un bon EP plein de bonnes idées et porté par une interprète charismatique, douce, folle, proche, distante, délirante ou charmeuse. Un grand espoir de la chanson française sur lequel Benjamin Biolay a déjà jeté un coup d'oeil puisqu'il l'a invité à participer à sa première partie à l'Olympia. A star is « presque » born....


Marjolaine - EP

01. Stravinsky
02. René le phoenix
03. Tais-toi
04. L'eau des fleurs

A découvrir
Merzhin - Adrénaline
Merzhin - Adrénaline
Buckley (Jeff) - Live à l'Olympia
Buckley (Jeff) - Live à l'Olympia
Lofofora - Le fond et la forme
Lofofora - Le fond et la forme