3.5/10Marilyn Manson - Born Villain

/ Critique - écrit par Lopocomar, le 12/05/2012
Notre verdict : 3.5/10 - Enième redite d'un artiste qui n'a plus rien à dire depuis 10 ans. (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 3 minute(s) - 9 réactions

Back to the nineties !

Écouter un nouvel album de Marilyn Manson en 2012, c'est un peu comme prendre une DeLorean pour 1998. Le temps où le néo-métal nous faisait porter des pantalons baggys et où Fred Durst, Jonathan Davis et Manson étaient les stars des magazines et représentaient une certaine manière d'être un rebelle parmi des millions d'autres fans.

Aujourd'hui, se mettre au huitième (!) CD du groupe, ce n'est pas sans une certaine appréhension. N'ayant plus rien de fait de véritablement audible depuis Golden Age of Grotesque, l'ex-roi de la provoc profite de son statut pour remplir les Zénith de France et de Navarre autour de tournées best-of et attirer quelques groupies dans son giron. Pour rester hype, Manson s'entoure d'artistes de sphères underground ou mainstream. Il participe au premier court-métrage de Shia La Beouf en tant qu'acteur et il invite son pote Johnny Depp sur scène et sur disque. Enfin, il sera même l'acteur principal du dernier court de Quentin Dupieux, alias mr Oizo, présenté au prochain festival de Cannes.


Vous aussi, réglez les contrastes de votre écran grâce à cette photo.

L'hype qui cache la fôret...

Une actu bien remplie pour entourer Born Villain et son single No Reflection d'un classicisme effarant. Le maquillage a bien du mal à cacher les années qui passent sur son visage mais la musique de Manson, elle, n'a pas changé. Ce qui ne veut pas dire hélas qu'elle vieillit bien. Refrains hurlés, pauvres montées en puissance qui s'enchaînent sur une batterie toujours aussi martiale, mêmes effets à n'en plus finir sur la voix, la recette est connue et s'étend à chaque titre sur plus de 4 minutes. The Gardener se tire la couverture de l'originalité puisque c'est la seule qui marque véritablement malgré ses relents rythmiques très eighties à la Midnight Oil.

Born Villain est donc une lente et longue épreuve à subir pour un artiste qui n'a pas bougé d'un iota depuis 10 ans. Toujours à accumuler les fuck dans des titres interminables, il continue de jouer les mister Provoc' pour des ados en mal d'idoles anti-système. Hélas, ils ne comprendront que bien trop tard que Marilyn Manson n'a rien d'un contestataire et qu'il ne continue cette mascarade que pour alimenter son compte bancaire. On saluera l'effort et la longévité de la bête qui a enterré depuis bien longtemps ses concurrents des années 2000 cités en début d'article, qui eux rêvent d'avoir la même aura à l'heure actuelle... Hélas, ce n'est pas en invitant des artistes hype et ses potes qu'on pond un bon album et on sait que Manson n'aura jamais pu la possiblité d'atteindre la qualité du dyptique Antichrist Superstar / Mechanical Animals.

Le clip réalisé par La Beouf :

 

Marilyn Manson - Born villain

01. Hey Cruel World…
02. No Reflection
03. Pistol Whipped
04. Overneath The Path Of Misery
05. Slo Mo Tion
06. The Gardener
07. The Flowers Of Evil
08. Children Of Cain
09. Disengaged
10. Lay Down Your Goddamn Arms
11. Murders Are Getting Prettier Every Day
12. Born Villain
13. Breaking The Same Old Ground

A découvrir
Marilyn Manson
Marilyn Manson
Clawfinger - A Whole Lot of Nothing
Clawfinger - A Whole Lot of Nothing
Cradle of filth
Cradle of filth