7.5/10Marchet (Florent) - Rio Baril

/ Critique - écrit par juro, le 05/01/2007
Notre verdict : 7.5/10 - Rio Bravo (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 3 minute(s) - 1 réaction

Monter sa vie comme un roman s'axant autour de mélodies et d'instruments explorant des intensités dramatiques ou fluettes, l'existence de Florent Marchet se découvre feuille à feuille. Et lorsque le quotidien est trop morne, autant s'enfermer
dans un pays - et même une ville - imaginaire aux consonances hispaniques, Rio Baril. La vie rêvée d'un interprète allant du tragique à la joie agrémentée d'une bonne dose d'humour tout en finesse. Et certains textes définitivement marquants et parlants donnent un ton sensible et attachant à cet album.

Florent Marchet ne fait la différence ni avec sa voix, ni avec ses compositions instrumentales mais le poids de ses mots et la mise en forme sans silence entre les pistes donnent une fluidité qui nous fait rentrer de plain-pied dans l'univers pas si éloignée de la réalité. Un brin fantaisiste, nostalgique sans être passéiste, l'artiste porte un regard d'enfant et amusé sur le futur. En s'adjoignant les services de Philippe Katrine (On a rien vu venir), Jasmine Vegas (Les cachets) et Dominique A. Si l'ensemble instrumental est fort diversifié (dans une fourchette relative entre le ukulélé et orchestre philharmonique), ils servent à merveille des textes sur lesquels l'interprète est mis en avant très fortement. Sa voix seule porte les mots avec grâce mais sans être forcément marquante, le talent réside autre part : dans le fait d'implanter un univers auxquels il fait sans cesse référence.

De passage en passage, le disque ne lasse pas, les écoutes et réécoutes apprennent toujours un petit quelque chose supplémentaire à l'univers cohérent
de Rio Baril. Après une introduction sifflotante digne d'un western spaghetti sur Le belvédère, le roman photo s'ouvre sur des rappels d'enfance introduisant dans un petit village nommé Rio Baril ressemblant à n'importe quel village français, à n'importe quel petit bonhomme ou à n'importe quelle famille (Il fait beau, Sous les draps, La chance de ta vie). La construction chronologique de l'album fait progresser les réflexions allant de l'ennui au mal-être personnel en passant par de courts instants de bonheur savourés et rêveur (La chance de ta vie). Amateur de plaisirs et loisirs simples, il ne fait aucun doute que narration à la troisième personne n'est qu'un leurre pour exprimer les propres émotions de l'auteur (Ce garçon) pour revenir à une première personne sur des textes plus légers du quotidien (J'ai 35 ans). Tout est oublié ressemble à une conclusion en apothéose, une sorte d'adieu pour un tout cohérent du quel France 3 se dégage plus particulièrement. Même si on préférait que ce ne soit qu'un court au revoir. Car c'est sûr, on le reverra...

A voir certainement encore deux fois plus sur scène, Florent Marchet crée et prend un malin plaisir à nous emmener dans un voyage en terre inconnue et pourtant si proche. Une sorte d'échappatoire à la réalité étalée sur presque une heure comme une belle histoire avec ses bouts de sentiments débordant d'une production textuelle fraîche. Bienvenue à Rio Baril.


Florent Marchet - Rio baril

01. Le belvédère
02. Rio baril
03. Il fait beau
04. Sous les draps
05. La chance
06. Ce garçon
07. Les bonnes écoles
08. Notre jeunesse
09. J'ai 35 ans
10. La chimie
11. Les cachets
12. On a rien vu venir
13. France 3
14. Pavillon
15. Tout est oublié

A découvrir
Silmarils - Original Karma
Silmarils - Original Karma
Renaud - Boucan d'enfer
Renaud - Boucan d'enfer
Merzhin - Adrénaline
Merzhin - Adrénaline