6/10Les Malpolis - La fin du retour de la chanson

/ Critique - écrit par juro, le 22/02/2006
Notre verdict : 6/10 - *********** !!!!! (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 3 minute(s) - 1 réaction

La pochette de l'album est un clin d'oeil à la fameuse photo de J.P Leloir réunissant Jacques Brel, Léo Ferré et Georges Brassens assis à la même table, la police et le quatrième de couverture reprennent celles des Inrockuptibles... pourtant, Les Malpolis n'ont pas de points communs à mettre en rapport avec les deux sources. Un petit clin d'oeil pour un joyeux foutage de gueule décliné sur tous
les supports (allez voir leur site !). Une vaste blague aux accents grinçants, des textes brossés au vitriol avec une pointe de sucre pour le rire. La fin du retour de la chanson est amusant mais vide musicalement...

Les textes cinglants sont à l'origine de portraits criards et sans complaisance de toute sorte de personnages plus ou moins réels retrouvables dans un spectacle comique. De l'adolescente (Les Charlottes) aux extrémistes de droite (Les pauvres petits fachos) en passant par les « vieux beaufs » (Il est heureux) ou les tueurs (Un assassin à l'ancienne), Les Malpolis décrivent en l'espace de quelques titres un panel de la société française dans ce qu'il lui trouve de plus exécrable avec un ton léger. S'il fait quelquefois plus office de récitation que d'interprétation, le chant à voix grave rend au mieux la qualité des textes, un humour pince sans rire imprégné de réflexions pleines de bon sens. La rythmique est simple, minimaliste, voire plus. L'instrumentation n'atteint pas des sommets d'originalité, un petit riff de temps à autre, un effet par ci, un sampler par là. La fin du retour de la chanson ne s'écoute pas pour sa capacité à dégager un son profondément novateur, l'impression d'écouter des comptines acides est parfois nauséabonde. Parfois plaisant, parfois non.


De bêtise en bêtise, Les Malpolis arrivent à placer avec finesse des allusions à l'actualité (Les gens formidables, L'alter mondialiste, On veut pas du travail) pour revenir très vite au délire ambiant qui caractérise l'album. Toutes les deux phrases, une énormité humoristique est lancée. Attention, humour noir de rigueur. Le ton reste le même d'un titre à l'autre, enfonçant des portes entrouvertes ou inversant les logiques admises juste pour le rire. Heureusement, le groupe ne se prend pas au sérieux et passe ses propos au deuxième degré.

Le site comme le booklet est une parodie bourrée de clins d'oeil au monde de la chanson, le trio n'hésitant pas à singer de nombreux artistes reconnus pour une bonne photo. Les joyeux drilles des Malpolis posent un regard aussi amer que comique sur La fin du retour de la chanson. Avec des textes plutôt bien écrits et humoristiques, le trio s'inscrit dans la tradition de la chanson française actuelle mais le minimalisme musical atteint ses limites au point de ne pas pouvoir rendre passionnant certains titres. Certains textes valent pourtant le détour en poussant le bouchon très loin. Convaincant, mais seulement à moitié...


Les Malpolis - La fin du retour de la chanson

01. Les Charlottes
02. Les gens formidables
03. L'alter mondialiste
04. On veut pas du travail
05. Il est heureux
06. Un assassin à l'ancienne
07. La prise d'otages
08. Le pétrole
09. Les pauvres petis fachos
10. Les super héros
11. Les droits de l'homme sandwich
12. Le quat' quatre
13. Les rues piétonnes
14. Le malheur

A découvrir
Aldebert - Interview
Aldebert - Interview
Dido - No Angel
Dido - No Angel
Renaud - Boucan d'enfer
Renaud - Boucan d'enfer