8/10Mafia douce, la pop scintillante de Pendentif

/ Critique - écrit par nazonfly (), le 04/09/2013
Notre verdict : 8/10 - Scintillant (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 3 minute(s) - 2 réactions

Avec Mafia douce, Pendentif sait se faire une place dans le paysage musical français avec une pop brillante et rafraîchissante. Malgré quelques morceaux inégaux, l'ensemble est un petit joyau qu'on se verrait bien porter... en pendentif.

Longtemps la France semble être restée un pays un peu à la ramasse au niveau musical. Il semblerait pourtant que depuis quelques années cela ait changé, notamment dans le domaine de la pop. Voici un nouvel exemple d'une belle réussite pop venant tout droit d'Aquitaine : Pendentif. Composé de cinq membres, une fille et quatre garçons, Pendentif a pour but de redonner des couleurs à la pop hexagonale qui, selon eux, broie trop souvent du noir. Et l'on peut dire que c'est réussi tant ce Mafia douce est frais comme un saut dans une piscine sous le soleil du petit matin. Les 12 titres qui composent l'opus sont autant de gouttelettes qui semblent sourire à la vie dans une attitude positive et chatoyante.

She's fresh, so fresh

Cette fraîcheur matinale se ressent particulièrement dans les deux hits que sont Embrasse-moi et Riviera. Le premier ressemble au chaste baiser d'une belle ondine qui nous susurrerait de l'embrasser : la suavité de la voix de Cindy Callède caresse notre organe d'une fort belle manière. Quant au second qui ouvre l'album, s'il nous rappelle par moments (mais seulement par moments) Wu Lyf par la voix éraillée de Benoît Lambin cachée dans le fond, il se pose surtout en exemple de ce que sera le reste de l'album, sautillant, mélodique, coloré, pop, bref vous avez compris l'idée.


DR. Pendentif, adoubé par les chats (et les Inrocks)

 

Naiveté, synthé et autres mots hantés

Le risque à surfer sur une vague aussi enjouée et bigarrée, c'est de se laisser entraîner par une certaine naïveté. Et Pendentif est parfois tout près de sombrer dans une telle niaiserie en évitant la plupart du temps de franchir le pas : La mafia douce, avec ses clappements de main et sa rengaine « il est trop tard pour retourner danser », verse malheureusement dans cette naïveté déroutante, même si la qualité musicale du titre n'est pas en cause. Et tant que l'on en est à extraire les points négatifs de Mafia douce, il nous faut signaler le morceau Ondine qui se noie sous des nappes de synthé bien trop présentes et désagréables, comme d'ailleurs Boulevard du crépuscule qui pourtant parvient à se sauver par une ambiance feutrée assez particulière.

Scintillant pendentif

Pour le reste, vous apprécierez sûrement le côté enlevé et sautillant de Panache, la flamme rutilante de Jerricane, le très Indochinien 1er juillet (la référence à Indochine n'est pas fortuite ici, il y a quelque chose d'Indochine dans ce Mafia douce dans la façon de construire les morceaux, de les chanter, une certaine idée de pop à la française peut-être), le scintillant et sympathique Pendentif et son refrain accrocheur, le tranquille Voltige ou le gentillet La nuit dernière qui clôt doucettement l'album.

Et si God save la France résonne comme un hymne, il n'est pas idiot de penser que, plus qu'un Dieu lointain et apparemment peu intéressé par la musique (sinon comment expliquer qu'autant de mauvais artistes arrivent à percer ?), c'est surtout Pendentif qui peut sauver la France. Ou tout du moins l'enchanter avec ces 12 petites perles pop.

Point fort : l'atmosphère colorée et enjouée qui se dégage de Mafia douce

Point faible : l'abus de synthé sur certains titres qui nous a fait sortir un instant de l'album

En écoute, Embrasse-moi.

Pendentif – Mafia douce

01. Riviera
02. Embrasse-moi
03. La mafia douce
04. Ondine
05. Panache
06. Boulevard du crépuscule
07. Jerricane
08. 1er juillet
09. Pendentif
10. God save la France
11. Voltige
12. La nuit dernière

A découvrir
Saez - God Blesse
Saez - God Blesse
Indochine - Paradize
Indochine - Paradize
Placebo - Placebo
Placebo - Placebo