5.5/10Mägo de Oz - Rarezas

/ Critique - écrit par weirdkorn, le 18/12/2006
Notre verdict : 5.5/10 - Un magot avec de tout dedans (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 4 minute(s) - 1 réaction

Après plus de 10 ans d'existence, Mägo de Oz jouit d'une immense popularité dans son pays d'origine, l'Espagne. Mais ce succès n'a jamais franchi la frontière ibérique, un fait sûrement dû aux paroles chantées en castillan. Le groupe joue un hard rock festif agrémenté de sonorités celtes, une sorte de mélange entre Iron Maiden et du folk metal. Pour saluer leur belle carrière et contenter les nombreux fans, Mägo de Oz vient de sortir Rarezas, un double album de titres inédits et de lives.

Ne connaissant pas Mägo de Oz si ce n'est de réputation et n'ayant jamais écouté une seule de leur chanson, cette chronique sera de l'avis de quelqu'un qui découvre le groupe pour la première fois. Je ne pourrai pas porter de jugement sur le contenu de cet album par rapport aux précédents et savoir s'il vaut le coup d'être acheté pour les fans. Alors faisons connaissance avec ce groupe ibérique.

Ce que l'on remarque en premier lieu est l'énergie et le côté festif dégagé par le groupe. Recasocix en Hispania est parfait pour danser en live, l'instrumental Pachamama est tout à fait entraînant, Donde el coazon te lleve est complètement délirant (voire un peu trop) et Quijote y Sancho particulièrement joyeux. Seulement, ces titres sont peut-être taillés pour la scène, moins pour le studio. Par exemple, il faut pouvoir apprécier Donde el coazon te lleve où le chanteur se prend pour Céline Dion en faisant exprès (en tout cas on l'espère) de chanter faux. Sur le premier CD, on regrettera dans l'ensemble une production moyenne où le son manque cruellement de puissance. Côté rock, seuls le punk Pijo, comeme la polla et Gracias a la sociedad sont suffisamment rentre-dedans pour un album de hard-rock. On retrouve également deux titres acoustiques, Mari Tormes et le sympathique Molinos de viento. En revanche, Pensando en ti et El turno de la rosa semblent vraiment anecdotiques. Le premier CD de Rosezas déçoit, trop peu rock et peu cohérent dans son ensemble. Heureusement, le second CD relève la sauce.

En effet, beaucoup plus orienté metal et live, il permet de mieux mettre en valeur les différentes qualités du groupe. El que quiera entender mêle ainsi à merveille mélodie hard-rock et musique celtique. Man on the Silver Mountain enchaîne sur la même voix avec en guest la chanteuse Doro. Dans le même genre plus énervé, on retrouve la rythmiquement rapide Ancha es Castilla. On compte en plus sur ce deuxième CD quelques covers sympathiques comme Strange World d'Iron Maiden, Whole lotta love de Led Zeppelin et la moins réussi Concierto para ellos de Baron Rojo. Quatre titres live concluent l'album. Molinos de viento est intrinsèquement le meilleur mais la qualité sonore laisse à désirer. Finalement, c'est sur le très long Finisterra (15 minutes) que l'on s'aperçoit le mieux des qualités de scène du groupe et de leur côté festif. En effet, El cantar de la luna oscura et Pensendo en ti passent plutôt inaperçus.

Au final, Rarezas laisse une impression mitigée tant l'album comporte un peu de tout, tant au niveau des styles que du niveau des titres. Si vous aimez le rock festif, jetez-y un oeil. Si ce n'est pas le cas, passez votre chemin. Dans tous les cas, pour commencer à écouter Mägo de Oz, peut-être vaut-il mieux passer par un album studio.


Mâgo de Oz - Rarezas

CD1

01. Resacosix en Hispania (Single. 2001)
02. Pijo, cómeme la polla (Sesión Inédita. Finisterra. 2000)
03. Pachamama (Sesión Inédita. Finisterra. 2000)
04. Pensando en ti (Cara B de El que quiera entender... Single. 2000)
05. Donde el corazón te lleve (del álbum de José Andrea. 2004)
06. Gracias a la sociedad (Tributo a A Palo Seko. 2005)
07. Quijote y Sancho (Patitos feos. 2002)
08. Mari Tormes (Acústico. Single Feliz Navidad Cabrones. 1998)
09. Molinos de viento (Acústico. Single Feliz Navidad Cabrones. 1998)
10. El turno de la rosa (Sintonía de La Rosa de los Vientos. 2000)

CD2

01. El que quiera entender que entienda (Radio edit. 2000)
02. Man on the silver mountain (con Doro Pesch. 2001)
03. Strange world (Tributo a Iron Maiden. 1999)
04. Whole lotta love (Tributo a Led Zeppelin. 2002)
05. Ancha es Castilla (Metal Versión. 2001)
06. Concierto para ellos (Tributo a Barón Rojo. 2002)
07. Molinos de viento (Directo en I Festival Rock Machina. 1999)
08. Finisterra (Directo en La Riviera. 2001)
09. El cantar de la luna oscura (Directo en México DF. 2004)
10. Pensando en ti (Directo en México DF. 2004)

A découvrir
Silmarils - Original Karma
Silmarils - Original Karma
Clawfinger - A Whole Lot of Nothing
Clawfinger - A Whole Lot of Nothing
Aldebert - Interview
Aldebert - Interview