5/10Lukid - Lonely At The Top

/ Critique - écrit par Carlitolindo, le 06/11/2012
Notre verdict : 5/10 - Du potentiel Brouillon (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 5 minute(s) - laisser un commentaire

Bonjour à tous, chers lecteurs. Comme vous avez pu le remarquer maintes et maintes fois, à la rédaction musique du site on aime bien choisir de temps en temps nos chroniques un peu aléatoirement pour découvrir ce que le monde musical peut nous offrir, commercial ou non, il est facile de tomber sur quelques pépites ou malheureusement des opus plus énigmatiques qu'autre chose... C’est le jeu. De ce fait aujourd’hui je vais vous parler d’un jeune artiste électronique anglais du nom de Lukid. Pour certains peut-être que ce personnage ne vous est pas étrangé car il a déjà sorti un album, c’était en 2007 et celui-ci s’appelle Onando. À l’époque cette première salve de l’artiste révélait une musique glaciale et dépourvue d’une quelconque vitalité solaire, cherchant à montrer l’état général d’une Angleterre en crise. Nous sommes en 2012, l’Europe est toujours en crise et Lukid revient avec son nouvel opus Lonely At The Top signé sur le tout nouveau label de Ninja Tune, Werkdisc (comme quoi Ninja Tune fait plus que survivre en ce moment). Bon allez plongeons dans l’opus ! Glacial ou pas l’hiver arrive, ça ne me fait pas peur !

 


De la lumière dans la noirceur
On attaque avec Bless my heart, ce titre sous ses faux airs de « chanson pour la compil n°127 de Budha Bar » est très agréable à l’écoute ! Piochant entre l’électro ambiant made in Aphex Twin début années 90 avec des rythmiques lentes et répétitives ainsi qu'une touche moderne insufflée par les voix sampler semi-fantomatiques couplées à la mélodie, cette piste augure de bonnes choses il faut le reconnaître ! On suit avec Manchester qui nous envoie très loin de l’aspect ville industrielle mais plutôt dans les profondeurs à grands coups de beats abyssaux qui s’accentuent au fil des minutes pour voir apparaître des voix fantomatiques nous laissant dans une apnée mélodique profonde qui pourrait en déranger plus d’un... Le titre éponyme Lonely at the top change encore de ton avec beaucoup de triturations électroniques ainsi qu'un grand nombre de beats et de sonorités qui, petit à petit, se renforcent pour conclure par un grand capharnaüm sonore trop enlevé pour nos oreilles, dommage. Snow thème tranche de nouveau avec le reste tant elle parait douce à l’écoute, courte aux allures féeriques, ce titre lent et épuré fait ressortir ce qui anime notre enthousiasme quand l’hiver arrive, un petit bijou sans prétention. Attention la suite est extrêmement différente ! Je préviens parce que ça peut surprendre surtout si on a mis le son à fond... This dog can Swim et ses beats éclatés nous emmènent dans une vague psychédélique angoissante, du gros son qui possède un côté très curieux avec une rythmique synthétique en toile de fond sans réelle coordination. On reste dans le psychédélique avec Southpaw, celui-ci résonne de façon plus planante avec une rythmique moins lourde que son prédécesseur  lui donnant un côté mélodieux qui le rend beaucoup plus accessible malgré un thème qui nous envoie toujours dans les eaux profondes.


la tête en cage
Tomorrow
en revanche fait réapparaître les voix qui portent à elles seules un titre ultra répétitif ! On peut toujours voir le côté psychédélique mais le manque de rebondissement sonore ne permet pas au titre de sortir de la banalité. Riquelme a lui aussi beaucoup de mal à décoller ! Cette piste ne démarre jamais véritablement malgré quelques ajouts sonores notables... Là franchement je commence à me poser quelques questions ! USSR calme en partie ce ressentiment avec une mélodie qui, petit à petit, prend forme autour de la capacité de Lukid à manier les sonorités électroniques permettant au titre de prendre une forme angoissante proche de ce que peut faire un artiste comme Burial par exemple, mais la force de celui-ci réside dans sa capacité à faire transparaître une image et des émotions là où Lukid n’arrive pas encore à vraiment nous toucher.... Ce qui suit, The life of Mind, ne peut pas être considéré comme une piste autrement que de transition ! Franchement un artiste comme Bvdub nous a fourni des pistes planantes comme celle-ci alors l’intérêt véritable du titre est là juste pour nous préparer aux deux derniers titres du disque. Laroche nous laisse dans une stase atmosphérique bénéficiant d’une fraîcheur électronique portée par le synthétiseur permettant de donner un poids musical qui réussit à nous faire voyager dans l’imagination de l’artiste. On termine avec Talk To Stranger qui réunit toutes les influences de l’artiste ! À savoir ce mélange électro psychédélique gorgé de boucles synthétiques downtempo... Le résultat je vous le met dans le mille, c’est presque 7 minutes d’un titre un peu trop fouilli montrant que l’artiste a bien du mal à donner forme à ce qu’il pense et ce qu’il ressent...

 

Des défauts et des promesses

 



Un mot me vient à l’esprit tout de suite après l’écoute de l’opus c’est le verbe « compliquer ». Franchement il est difficile d’écouter l’album en intégralité d’une traite tout d’abord parce que celui-ci est extrêmement  décousu  et j’insiste tant chaque titre change de rythme, de sonorités... Tellement de facteurs qu'il est compliqué de suivre l’artiste ! Alors celui-ci justifie que Lonely At The Top ne répond pas à une quelconque attente et n’essaie pas d’expliquer quoi que ce soit... Mais quand même, cet opus est difficile d’accès malgré un talent artistique indéniable révélant une énorme palette musicale baignée d’influences électroniques diverses et surtout une approche psychédélique de la musique électronique moderne laissant présager beaucoup de bonnes surprises.

 

Au final le problème de cet album vient du fait qu’il n’est clairement pas abouti et manque cruellement de fond pour suggérer un véritable thème à sa musique qui en a besoin pour franchir une étape supplémentaire ! C’est dommage quand on voit la qualité de l’artiste et ceci peut nous présager le meilleur si tant soit peu Lukid veuille donner un véritable relief à son travail.

 

Lukid – Lonely At The Top

 

1 : Bles My Heart

2 : Manchester

3 : Lonely At The Top

4 : Snow Theme

5 : This Dog Can Swim

6 : Southpaw

7 : Tomorrow

8 : Riquelme

9 : USSR

10 : The Life Of The Mind

11 : Laroche

12 : Talk To Strangers

 

Le petit lien qui va bien

A découvrir
Blur - Best of
Blur - Best of
Muse - Showbiz
Muse - Showbiz
Saez - God Blesse
Saez - God Blesse