6.5/10De la douceur avec Paon d'or de Ludéal

/ Critique - écrit par nazonfly (), le 09/01/2014
Notre verdict : 6.5/10 - Paon dort (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 2 minute(s) - laisser un commentaire

Un peu de douceur en ce début d'année avec Ludéal : le chanteur nourri à Bashung sort, avec Paon d'or, son troisième album.

Paon d'or est le troisième album de Ludéal qui, il faut bien le dire, est quand même un inconnu de la scène française, ce qui a causé son départ de chez Sony Music mais ce qui ne l'empêche pas de proposer un album qui ouvre sa roue solaire et nous inonde d'un flux chaleureux dans une l'ambiance placide et reposée.

Nid d'ange

Les douces mélodies se multiplient en effet au cours de l'album et nous bercent dans une véritable invitation
DR.
au laisser-aller d'une guitare nonchalante (Allons nous coucher) comme au creux des vagues délicatement chaloupées (Au large) : même la mélopée Deux minutes se permet de nous faire oublier sa tristesse en l'entourant d'un coton ouaté propre à nous protéger des coups et des douleurs. Ce titre de 2 minutes est peut-être l'une des plus belles réussites de Paon d'or, là où Ludéal semble mettre le plus de lui-même avec des sentiments qui semblent être à deux doigts (ou deux minutes) d'affleurer.

Dans ce nid d'ange aux côtés polis recouverts de soie, les angles saillants sont rares : Le jardinier japonais est un peu plus enlevée et propose une légère dérivation du reste de l'album avec des paroles plutôt bien senties comme d'ailleurs sur L'appétit où l'amour perdu s'accompagne d'un appétit perdu. Étrange comparaison mais finalement tellement vraie.

Comme Chevaux sauvages, L'enfant du tipi d'à côté ose une teinte folk, presque électrique même s'il nous faut tout de suite tempérer cette dernière remarque sous peine de faire de Ludéal un héraut electro. Mais c'est sans doute avec Coma que Ludéal se démarque le plus de lui-même avec l'arrivée d'un piano qui ménage un intermède dans cette même folk/chanson.

Paon d'or manque cependant peut-être le coche en semblant surtout proposer un bel album sans aspérités marquantes : tout coule doucement, sans heurts, sans accrocher durablement l'oreille. C'est sans doute idéal pour une écoute en fond alors que l'on fait autre chose mais, pour franchir une autre étape qu'un album remarqué, ce n'est peut-être pas assez. Ce troisième album de Ludéal est incontestablement beau et tout mignon mais manque donc peut-être un peu de saveur, d'un peu de piment.

Point fort : la douceur de la composition

Point faible : la douceur de la composition

En écoute Le jardinier japonais

Ludéal – Paon d'origine

01. Chevaux sauvages
02. Allons nous coucher
03. Le jardinier japonais
04. L'appétit
05. Au large
06. L'enfant du tipi d'à côté
07. Qu'as-tu dans la tête ?
08. Coma
09. Après l'obus
10. Deux minutes
11. Tant pis

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : White crocodile et Fragile, deux EPs, deux univers, deux réussites