7.5/10Lisa Portelli - Le régal, un titre très révélateur

/ Critique - écrit par nazonfly (), le 08/05/2011
Notre verdict : 7.5/10 - Rond en bouche (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 3 minute(s) - laisser un commentaire

Le régal, un album savoureux qui contient des titres exquis qui charment l'oreille pour longtemps.

Le régal. Avec un tel titre, ce deuxième album de Lisa Portelli, tout juste 24 ans au compteur, se devait d'être bon, le régal tant attendu pour les papilles auditives. Après plusieurs écoutes, il faut constater que, s'il n'est pas l'équivalent d'un cinq étoiles au guide Michelin, Le régal peut se réclamer de certaines des meilleures tables musicales. Hé oui en passant, un titre comme celui-ci ne peut qu'inciter l'auteur d'une chronique à verser dans la métaphore filée de type culinaire.

Exquise cuisine française


DR.
À la première écoute de l'album Lisa Portelli, le critique se dit tout de suite qu'elle a indubitablement mis les bouchées doubles en musclant l'intro et l'outro de son album. Car, en guise d'apéritif, c'est un magnifique triptyque qui nous aiguise les papilles. Derrière le mur nous ouvre les sens par un riff de guitare allant droit au but et une voix chaude qui, malgré quelques désagréables intonations Ophelay Winter, accroche directement l'auditeur par un mélange blues/chanson rappelant par instant Ta douleur de Camille. Animal K poursuit cette tentative réussie de séduction avec un rythme plus entraînant et toujours une guitare accompagnant parfaitement le rodéo vocale de Lisa Portelli. C'est une troisième saveur qui se dégage de Les chiens dorment : la voix devient plus cristalline, plus fraîche tandis que la musique devient plus éthérée et s'envole, s'enroule autour des oreilles comme un plant de lierre qui se lance à l'assaut de la Tour de Babel. En guise de digestif, c'est le sublime Dans l'air qui va laisser sans doute le meilleur souvenir de l'album. La voix aérienne de Lisa Portelli se marrie magnifiquement une musique toujours plus éthérée, insaisissable, sans doute cette fameuse harmonie des sphères célestes. Un véritable bonheur qui reste en bouche longtemps après que la première saveur se soit évanouie dans l'air.

Trou normand et torpeur post-prandiale


DR.
Ces quelques titres encadrent astucieusement des morceaux au potentiel tubesque plus modeste, à l'exception cependant de L'échelle, une belle sucrerie où la voix fragile de Lisa Portelli est un véritable délice velouté. On pourra aussi extraire Break, le trou normand de cet album, qui se détache grâce à une musique glacée où la voix, murmurée pour une fois, se pose sur une scie musicale (?) qui apporte une dimension plus baroque. Le régal, malgré son titre prometteur, n'est qu'une énième resucée d'une pop d'influence anglaise : certes on est loin de certains jellies tremblotantes au goût inexistant. Non ce régal-là semble juste un peu passe-partout et pourrait avoir été écrit par une dizaine de groupes. De la même façon, Arbre en peine n'est pas particulièrement indigeste : il est seulement propre sur lui, sans rien à redire mais sans non plus accrocher l'auditeur à son son gentiment poppy. Lista Portelli surprend aussi avec cette Vaste vague, terriblement maritime (sans doute un flan aux algues) qui nous fait couler dans les sombres profondeurs d'une torpeur post-prandiale avant d'être emportés par l'aérien Dans l'air.

Dans le repas que nous propose Lisa Portelli, tout n'est pas que régal : certains titres sont ainsi simplement savoureux (c'est déjà pas mal, n'est-ce pas), mais certains autres côtoient la perfection d'une exquise musicalité. C'est ainsi le cas de Dans l'air, un somptueux morceau qui fait l'objet d'un très beau clip.

Lisa Portelli – Le régal
01. Derrière le mur
02. Animal K
03. Les chiens dorment
04. Le régal
05. L'échelle
06. Break
07. Arbre en peine
08. L'horizon
09. L'orage
10. Le tableau
11. Vaste vague
12. Dans l'air

A découvrir
t.A.T.u. - 200km/h in the Wrong Lane
t.A.T.u. - 200km/h in the Wrong Lane
Lofofora - Lofofora
Lofofora - Lofofora
Lofofora - Le fond et la forme
Lofofora - Le fond et la forme