8/10Lilly Wood and the Prick - Invincible friends

/ Critique - écrit par nazonfly (), le 24/05/2010
Notre verdict : 8/10 - Amicale invisible (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 3 minute(s) - laisser un commentaire

Le premier album de Lilly Wood & the Prick est, dans la lignée de leur EP, une belle réussite où les bombinettes electro-pop croisent des ballades imparables.

Nous avions chroniqué il y a peu le premier EP de Lilly Wood & The Prick, Lilly who and the what ?, qui en seulement 6 titres, est parvenu à faire souffler un vent de nouveauté entre pop-folk et electro-rock. Le passage de l'EP à l'album est en général une étape difficile : il faut pouvoir tenir sur la durée, sans trop se répéter mais en gardant le même état de fraîcheur.

Lilly des bois

Prick et prick et collégram
Prick et prick et collégram
Première constatation à la lecture du tracklisting de Invicible friends : trois des 6 titres de l'EP sont présents sur l'album. Quel dommage de ne pas retrouver la superbe This is a love song, sans doute la plus réussie de l'EP ! Les titres présents, Down the drain, Water ran et Little Johnny, ne déparent pas du reste de l'album et, au contraire, servent de jalon à l'auditeur dans un album qui, une fois de plus, se balade entre comptines pop sirupeuses (Hey it's OK) et hits dancefloor imparables (No no (kids)). Le succès de cet album tient sans doute autant à la voix entêtante de Nili Hadida qu'à un son electro-pop tendance, sans oublier ces rythmiques eighties qui se camouflent dans le fond, là où seule une oreille attentive peut les débusquer, comme sur le subtilement Popcornien My best, qu'il est impossible d'ignorer tant il éclabousse d'énergie positive. Mais dans la nuée des groupes electro-pop qui envahissent le paysage musical, Lilly Wood & The Prick semble se démarquer par la volonté manifeste d'explorer d'autres territoires. C'est ainsi que l'une des perles de l'album est une balade tranquille à la musique dépouillée, où Nili se met vocalement à nu : il est tout simplement impossible de rester insensible devant le charme de ce Prayer in C. Tout comme la mélodie chaloupée de Little Johnny, ses longues plages vibrantTravaille du chapeau
Travaille du chapeau
es de synthé et ses chœurs typiquement gospel est une belle réussite, toute en délicatesse et en puissance maîtrisée.

 

Maintenant accompagnés d'un véritable batteur en lieu et place de la boîte à rythmes, ainsi que d'un bassiste, accessoirement fondateur du label Choke Industry sur lequel est sorti Lilly Who and the What ?, Lilly Wood & The Prick semble bien lancé sur la scène hexagonale. Après être passé à Rock en Seine l'an dernier, le groupe part de nouveau pour une série de dates intéressantes en festivals (Art Rock et Francofolies), comme en salle (Maroquinerie). Une bonne façon de découvrir l'univers bariolé et multicolore (mais où ont-ils trouvé ces costumes de chouettes qui ornent leurs pochettes ?) de Lilly Wood & The Prick. Dansant et planant, l'album d'une éclatante fraîcheur bien que légèrement faiblard sur certains titres (Cover my face, A time is near) sort, quant à lui, le 31 mai. Une date à retenir.

 

Lilly Wood & The Prick - Invincible friends

01. Hey it's ok
02. No no (kids)
03. Down the drain
04. Cover my face
05. Prayer in C
06. My best
07. Water ran
08. Little Johnny
09. Hopeless kids
10. A time is near
11. Hymn to my invisble friends

A découvrir
Silence 4 - Silence Becomes it
Silence 4 - Silence Becomes it
Blur - Best of
Blur - Best of
Static-X - Machine
Static-X - Machine