7/10Léopold - Dallas-Paris-Texas

/ Critique - écrit par juro, le 03/05/2007
Notre verdict : 7/10 - Dallas, France (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 2 minute(s) - laisser un commentaire

Serait-ce un hommage à Wim Wenders et son film immense dans le titre de ce jeune interprète français ? Serait-ce tout simplement un long voyage aux quatre coins de la planète ? Il y en a certainement en partie mais tout ceci sort de la tête bien faite de Léopold. Auteur de Dallas-Paris-Texas, le dandy aux faux airs de Jarvis Cocker offre une pop épuré avec des titres romantiques qu'on aime à se repasser pour le bonheur des oreilles.

En plaçant très justement sa voix sur des mélodies po-rock simples mais efficaces, Léopold se place directement dans la catégorie des bons interprètes à suivre. Les accents rock se font plus présentes les titres défilant à une vitesse grand V. la première partie de l'album regorge de bonnes intentions bien portées par une voix claire sur des textes richement embaumés dans des mots aux sonorités subtiles. Le travail de Léopold se montre explicitement sur le magnifiques L'amertume, véritable sujet foison à de la poésie mais pas celle de boulevards, plutôt une prose généreuse autour d'une instrumentation légère à laquelle se rajoute un brin de piano. Accrocheur avec Va comme pourrait l'être Kaolin ou Pierre Guimard, romantique sans tomber dans l'excès avec En surface et la nostalgie avec Un jour grandir, Gainsbourien sur Mon sexe est comme moi, guitares aériennes sur l'aguicheur titre éponyme... Le jeune homme regorge de qualités dont il sait très finement tirer parti.

Le léger gimmick de Je m'use et la guitare folk redonne immédiatement à penser à Va,
Plus commun, Nous n'irons plus au cirque et Le soleil insolent tombent justement dans l'excès précité en ressortant les vieilles ficelles beaucoup moins prenantes, Léopold allant quasiment jusqu'à se dédouaner de la construction de son album en portant sa voix plus haut mais avec moins de réussite. Idem pour Profession célébrité. Mais pour finir, le languissant Tu as gagné, tu m'as perdu laisse une impression positive au tout.

Au-delà du titre de l'album, Léopold montre un vrai talent orchestré avec une réussite surprenante pour un premier album. Le bordelais délivre un album dont les pistes peuvent parfois sembler se répéter mais l'interprète s'en sort avec la mention bien pour rendre une copie acceptable qui devrait conquérir les esprits les plus romantiques.


Léopold - Dallas-Paris-Texas
01. Va
02. En surface
03. Un jour grandir
04. Mon sexe est comme moi
05. Je m'use
06. L'amertume
07. Nous n'irons plus au cirque
08. Dallas-Paris-Texas
09. Profession célébrité
10. Tout est bien sur... réaliste
11. Le soleil insolent
12. Tu as gagné, tu m'as perdu

A découvrir
Up and Down, l'hymne des lofteurs
Up and Down, l'hymne des lofteurs
Dream Theater
Dream Theater
Cornu - Cornu
Cornu - Cornu