9/10Lafon (Lola) & Leva - Grandir à l'envers de rien

/ Critique - écrit par juro, le 09/02/2006
Notre verdict : 9/10 - Complètement à l'Est (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 4 minute(s) - laisser un commentaire

Cosmopolite et sans frontières, c'est à peu près de quoi serait qualifiable Lola Lafon & Leva. Un macédonien à la guitare, un serbe à l'accordéon, un français à la
basse, un belge aux samples, une franco-biélorusse au chant... Ce curieux rassemblement produit un son à contre-courant avec une tendance à se rapprocher plus de l'Est que de l'Ouest avec un bonheur aux accents slaves. Une tristesse infinie dans un capharnaüm improbable aux allures de joyeux fourre-tout totalement non conventionnel. Signé chez la prestigieuse maison de disque Bleu Electric et le non moins classieux label Harmonia Mundi, ce groupe apatride possède son lot de particularités intéressantes dont des textes bien barrés, complètement à l'Ouest... ou plutôt l'Est. Une femme en colère, un groupe capable de s'enflammer pour elle. Un joyeux bordel absolument délicieux.

Orchestration faites a priori de bric et de broc provoquant des rythmes incongrus : accordéon et samplers, base du folk (guitare, batterie) et instruments slaves, le voyage musical promet d'être dépaysant et extrêmement recherché. Les compositions sont de véritables tourbillons de créativité dans lequel les mélodies s'envolent sans prévenir dans des délires incommensurables, absolument jouissifs d'originalité. Lola Lafon pose sa petite voix emplie de tristesse, jouant avec le rythme du groupe Leva, créant des instants inattendus de silence, provoquant un silence absolu lors de son interprétation. Portant à nos oreilles des titres majoritairement en français, quelques paroles résonnant en anglais, roumain et bulgare font aussi partie intégrante des textes. L'amateur lambda se trouverait presque projeté dans l'univers de Nosfell s'il n'était pas précisé que l'interprétation était slave. Entre tristesse emplie de lenteur, envolées musicales pleines de fureur agrémentées de touches électroniques, Grandir à l'envers de rien montre un potentiel rempli de promesses.


Lola Lafon est une écrivaine déjà auteur de plusieurs livres et nouvelles, les textes prennent donc une signification forte dans ce savant mélange folk balkanique. Le mélodrame sublime les premiers titres et donne un premier jet de la folie slave régnante, un petit chef d'oeuvre comme Mon âme ou Le bilan de compétence. Immédiatement l'originalité saute aux oreilles, l'orchestration se révélant un moteur diablement convaincant. Complètement à l'Ouest pourrait faire parler de lui avec son sampler de Nicolas Sarkozy pour un texte retraçant le « trajet retour » d'un clandestin hors de France. Cinglant et sans concession, Lola Lafon dépose un texte admirable, engagé et intelligent sous couvert de métaphores aisément décelables qui, de plus, est interprété avec brio.

La suite n'est qu'une succession de titres folk dont la réussite prend dans la voix de l'interprète ne cessant de varier les registres dans le doux amer : rébellion contre toute forme d'autoritarisme (Drôle de rage, Lele Jano, Les steppes claires), intimiste (A quel âge, Yulay, Décongèle tes rêves), déshumanisé et tourmenté (Décolère, L'aube nouvelle). L'accordéon crée une rythmique inattendue, loin du folklore français traditionnel, se rapprochant de la musique tzigane.

Les textes sont des petites perles à étudier à tête reposée pour essayer d'en saisir une once de leur portée. Surprise : une reprise slave (avec beaucoup de culot) de Paint it, black des Rolling Stones et une participation vocale de Christian Olivier des Têtes Raides sur L'euro, l'OTAN et l'atome pour un titre qui sonne très... Têtes Raides, fabuleuse collaboration sur laquelle les artistes se livrent à un duo totalement improbable dans l'univers du commerce mondial. Au rayon des autres surprises, l'apparition impromptue du poète Dylan Thomas en duo sur un titre ou des citations de Rimbaud en introduction de Décongèle tes rêves. La qualité des textes se combine de manière attractive à la composition. Du grand art.

Le booklet est très artistique, créatif et un peu barré dans tous les sens à l'image de ce que représente l'album de Lola Lafon & Leva. Surprenant, prenant, intéressant dans sa forme et ses textes, Grandir à l'envers de rien est une réussite peu commune, hors des sentiers battus de la chanson folk traditionnel qui saura séduire un public averti. Un petit voyage complètement à l'Est pour un dépaysement incroyable et militant.


Lola Lafon & Leva - Grandir à l'envers de rien

01. Mon âme
02. Le bilan de compétence
03. Drôle de rage
04. Lele Jano (et même si le monde est de pierre)
05. A quel âge
06. L'euro, l'oTAN, l'atome
07. Les steppes claires
08. Paint it, black
09. Décolère
10. Yulay (... et les fantômes n'existent pas)
11. Décongèle tes rêves
12. L'aube nouvelle

A découvrir
Alizée - Gourmandises
Alizée - Gourmandises
Billy Ze Kick - Billy Ze Kick et les Gamins en folie
Billy Ze Kick - Billy Ze Kick et les Gamins en folie
Dido - No Angel
Dido - No Angel