7/10Lady Lightly, l'album insaisissable de Kyrie Kristmanson

/ Critique - écrit par nazonfly (), le 25/01/2020
Notre verdict : 7/10 - Ladies first (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 3 minute(s) - laisser un commentaire

Découvrons aujourd'hui une artiste canadienne, née dans le Grand Nord, qui vient de sortir son troisième album

Quand on se targue d’être chroniqueur, il arrive parfois que l’on nous propose d’écouter des albums d’artistes débutants ou, au contraire, d’artistes plus expérimentés qui n’ont pas encore passé le cut de la reconnaissance même nationale. Alors, oui, il nous faut bien l’admettre, nous n’avions jamais entendu parler de Kyrie Kristmanson qui vient de sortir dernièrement son troisième opus, Lady Lightly. À l’écoute de l’album, il est évident que Kyrie Kristmanson ne sera jamais de celles qui seront multidiffusées ici et là : son œuvre semble trop personnelle, trop mouvante, insaisissable même. On sent même l’artiste qui ne suit que son propre chemin, tellement original qu’on peut difficilement la ranger dans les petites cases que les chroniqueurs aiment bien. Pop, electro, folk, hip-hop seraient quelques uns des terrains explorés par l’artiste mais rester sur ces simples qualificatifs ne serait qu’effleurer Lady Lightly. Alors trêve de bavardages, tentons de plonger dans les 10 titres de cet album et d’en extraire la précieuse moelle.


La douceur d'une voix DR.

La voix, toujours la voix en premier

Comme souvent, notre oreille sera sensible à la voix de l’artiste : celle de Kyrie est douce, délicate et duveteuse. Jamais elle n’agresse, jamais elle ne s’effondre, jamais elle n’explose. Tout au plus pourrait-on dire qu’elle flotte dans l’air, dans l’eau ou dans un fluide plus étrange encore tissé dans une étoffe chatoyante aux multiples coloris. Cette voix parvient cependant à emprunter différentes voies, véritablement éthérée, angélique sur la majeure partie de l’album, plus grave sur quelques titres (Wanton one qui a un petit quelque chose de Portishead, Mon héroïne surprenant par son mélange français/anglais, voix douce/voix grave). L’amalgame de la fragilité cristalline de la voix Kyrie Kristmanson et de la douceur langoureuse de Brendan Perry de Dead Can Dance, une influence évidente, se fait parfaitement sentir sur l’extraordinairement magnifique titre qui clôt l’album, Songe d’un ange, qui glisse comme une barque sur un lac paisible et serein.


Mais une originalité certaine DR.

Et des sonorités multiples, éclatées

Cette ballade à deux voix, finalement très folk, ne représente pas vraiment un album qui mélange allègrement les sonorités, voire joue avec elles. La voix de Kyrie Kristmanson se pose ainsi sur des instrumentaux variés : Gateway sin est une petite bombe électro semblant exploser en cent mille éclats qui surgissent, se multiplient, se recomposent constamment pour laisser une impression déstructurée du plus bel effet. À l’opposé, par exemple, That killer curiosity semble laisser plein de sons dans l’arrière-salle, toujours à la limite de l’audible à l’exception d’une caisse martelant comme un battement de cœur et de quelques nappes de synthé : il en résulte une impression étrange de dénuement habité, de vide à deux doigts d’être comblé. Tour à tour, Lady Lightly passe de rythmes enlevés, voire carrément dansants (Andromeda Star ou Garden of Mrs Woolf et sa référence à Vogue de Madonna) à des sonorités plus douces, parfois méditatives (Bird of pleasure) pour un résultat insaisissable.

Lady Lightly se pose comme un pont entre les mondes (Bridge between worlds), une œuvre à nulle autre pareille portée en partie par la fabuleuse voix de Kyrie Kristmanson. Sur ce pont surplombant l’abîme, chaque titre est une plume tombant inlassablement, sans jamais atteindre la surface, dans un entre-deux peut-être inédit.

En écoute, Gateway sin

La critique en 140 caractères

Porté par une voix sublime, Lady Lightly explore et défriche, avec talent, des terrains musicaux disparates pour créer une œuvre originale.

Kyrie Kristmanson – Lady Lightly

01. Gateway sin
02. That killer curiosity
03. Wanton one
04. Bridge between worlds
05. A girl like you
06. Andromeda star
07. Bird of pleasure
08. Mon héroïne
09. Garden of Mrs Woolf
10. Songe d’un ange

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : White crocodile et Fragile, deux EPs, deux univers, deux réussites