7/10Kuti (Femi) - Day by day

/ Critique - écrit par nazonfly (), le 28/11/2008
Notre verdict : 7/10 - Fonds Emotionnel Musical International (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 3 minute(s) - 1 réaction

Day by day est un album métissé, comme l'Afrique défendue par Femi Kuti sur ces treize titres à la croisée des chemins de la musique.

Prénom : Femi. Nom : Anikulapo-Kuti, ou plus simplement Kuti. Signe particulier : fils (46 nas tout de même !) de Fela Kuti, créateur de l'afrobeat et décédé en 1997. L'afrobeat est un savant mélange de jazz, de funk et de musique traditionnelle du Congo et du Nigéria (d'où est originaire Fela Kuti).

L'Afrique est de loin le continent le plus riche en pauvreté et en dictatures (Ahmadou Kourouma)

Femi, la tête perdue au milieu des étoiles et des nébuleuses, le regard vide et sombre, est tourné vers la droite, comme s'il espérait vainement quelque chose du futur. Même si l'artwork est particulièrement moche, à grands coups d'effets photoshopesques de mauvais goût, ce thème d'étoiles miroitant dans une nuit noire laisse quelques pistes de réflexions sur le message de Femi. Veut-il nous dire qu'il attend que l'Afrique se réveille et se rappelle qu'elle est le continent le plus riche où habitent les gens les plus pauvres (Do you know) ? Car s'il y a un coupable dans le sort de l'Afrique, il est plus ou moins clairement mentionné par le chanteur : « Everywhere I go, I see injustice in the form of government and our nonsense policies [..] Injustice, misuse of power na dem speciality, always pretending they want to help the human race. » Sans violence et sans haine, avec une musique calme et tranquille, Femi Kuti nous parlent de cette Afrique qu'il connaît, où on tue et on se bat pour pour trouver la justice (Oyimbo), où les gens sont si confus qu'ils se tournent vers Dieu (Day by day) et où le gouvernement, les politiciens, les riches se foutent pas mal du sort des enfants qui dorment sous les ponts (Tell me). Mais Femi fait plus que dresser un constat, il tente aussi de réveiller le peuple africain et enfin de faire l'histoire (Let's make history) pour que la paix règne jour après jour (Day by day).

La musique est la langue des émotions (Emmanuel Kant)

Et pour mener cette révolution, Femi Kuti a choisi la musique, l'Afrobeat portée par son père. Day by day est, de fait, un patchwork coloré de sonorités venues du monde entier. L'Afrique évidemment est terriblement présente, par la voix du griot et l'utilisation si particulière de l'anglais mais aussi par les percus qu'on peut rencontrer par exemple sur Democrazy, avant que la chanson ne s'échappe dans un mélange jazzy-dub, hallucinant comme une transe chamanique à base de loops, qui s'étend, s'allonge, s'énerve avant de se déliter petit à petit. Ailleurs c'est la guitare qui se fait une petite place dans le disque, comme sur l'intro de Day by day, l'autre grande réussite de l'album, tout en douceur et en rondeur qui se déguste comme un bon planteur sous le soleil rougissant d'une fin de journée. Parfois on croise aussi quelques relents de gospel, comme sur Eh Oh ou le plutôt soul Tell me. Mais ce qui fait le ferment de l'album et qui lie les différents horizons, c'est le jazz associé à un psychédélisme venu tout droit des années 70. Ainsi on retrouve les chères montées en gamme sur You better ask yourself, mais c'est bien sûr un ensemble de musicalité qui se glisse par l'intermédiaire de quelques trompettes d'un côté, d'un bout de synthé de l'autre. Femi lancera même un hommage appuyé aux grands noms du jazz, comme Miles Davis, Dizzy Gillespie ou Billy Holiday, sur Do you know. Afrobeat, on vous dit ! Et même si l'album a tendance à s'étirer un peu trop en longueur sur la fin, malgré le très bon One two avec ses voix d'enfants, sa superbe basse et son refrain accrocheur, l'ensemble est plus qu'agréable à écouter.

Les spécialistes de l'Afrobeat diront peut-être de ce disque qu'il est mauvais, ou qu'il est génial. Les non-spécialistes qui découvrent la musique de Femi Kuti ne pourront que dire que Day by Day est plutôt bien réussi, arrivant à concilier sans peine engagement politique et musique douce et dansante.

A découvrir
Lofofora - Lofofora
Lofofora - Lofofora
Matt - Rnb 2 rue
Matt - Rnb 2 rue
Lovage - Music to Make Love to your Old Lady by
Lovage - Music to Make Love to your Old Lady by