8/10Koda Kumi - Kingdom

/ Critique - écrit par Dat', le 04/02/2008
Notre verdict : 8/10 - Blinded By The Lights (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 6 minute(s) - 9 réactions

Kingdom de Koda Kumi, c'est la solution à la morosité ambiante du marché du disque. A moins que...

On le sait, on nous le bassine tous les jours. Le marché du disque va mal. Pire la musique en elle-même va mal. Elle ne se vend plus. On la télécharge, on la vole. On spolie les maisons de disques, les grands patrons. Même la Star Academy se casse la gueule. Quand aux labels indépendants, ils ferment les uns après les autres. Rien ne va plus. La musique en elle-même n'occupe plus la même fonction. Elle était une drogue dure, une plaque tournante de la culture. Un objet de consommation de masse aussi. C'était bien. Elle devient maintenant un produit d'appel. La musique en elle-même est morte. Alors elle sert d'accompagnement. D'escort-girl. On propose de la musique gratuite pour un abonnement internet. Pour l'achat d'un baladeur. Pour un téléphone portable. On la fractionne en parcelles de 15 secondes pour des sonneries, que l'on vend aussi cher qu'un 33tours. Comme la salade servie pour faire passer une bonne grosse assiette de frites.

Le disque en lui-même, dans son plus simple apparat, n'existera bientôt plus. Alors avant une mort, il y a un tour d'honneur. Un poing levé, une esbroufe de dernière minute. Pour vendre des galettes il va falloir faire un max de surenchère. Des plumes, du plaqué or, du bonus. La musique n'a plus aucun intérêt telle quelle. Il faut la sublimer, l'empâter, la cachetonner avec un produit premier. Un album sans bonus, on télécharge. Un album avec des fioritures gratos, on achète. Mince, je vais bientôt chialer comme Pascal Nègre.

 

Kumi Of Da Valley

Koda Kumi
Koda Kumi
Enfin, je parle d'une affaire française pour un disque Japonais. Parce que Koda Kumi, elle, elle va super bien (Du moins jusqu'à ses très récentes déclarations sur le liquide amniotique). Et en plus elle sort son nouvel album. Auréolée d'une aura de super star au Japon, avec les belles Ayumi Hamasaki, Tsuchiya, Merzbow et BOA, elle peu encore tout se permettre en sortant un nouvel opus. Alors évidemment, au Japon, le problème n'est pas le même. Par contre la surenchère dans le marché du disque, elle, est symétrique. Voir sublimée. Koda Kumi, elle a tout compris. Elle nous sort un disque, agrémenté d'un Dvd, qui propose un clip pour chaque titre ( !!! ). Et un Dvd live en plus, avec des gens qui crient, qui pleurent et qui sont content... (et des autocollants) C'est le visuel, la personnification à son paroxysme, l'effacement de la musique au profit d'un corps.  Bon il faut bien avouer que niveau image, dans le livret, les photos de la belle réveilleraient un moine mort impuissant et frappé de cécité. Mais les bas résilles ne font pas tout. Si on pouvait accoler de la Gabber à des photos affriolantes, et vendre, cela se saurait.

Alors on veut plaire à tout le monde, et Kingdom va brasser large : Pop, Dance, R'n'b, Hiphop timbalesque, ballades larmoyantes, Soul-gospel (plutôt réussi pour le coup), électro kawai, rock émo... Bref, tout le monde pourrait trouver bonheur à sa porte.

Evidemment, la maison de disque a bien compris que le tout serait un peu léger si l'on ne proposait pas de mettre en image les couinements gracieux de Mme Kumi. Mais si le video clip de rigueur est une étape obligatoire, faire 16 clips super chiadés pour chaque titre du disque, c'est autrement plus périlleux. Beyoncé avait bien tenté le truc, mais le résultat était super cheap, genre on fait 3 clips au fond d'un garage avec une écharpe mauve autour du coup pour colmater les brèches.

 

Wispy, No Mercy

Non ici, c'est du vrai clip dans les règles de l'art, avec le titre qui apparaît aux prémices, les couleurs chatoyantes et le gloss sur les lèvres, en illustrant le mieux possible les chansons, pour être bien pris par la main. Car c'est une chance. Oui, Avex, le label, nous donne la chance de pénétrer Koda Kumi. Son intimité, ses rires, ses danses, ses doutes. Il faut le voir pour le croire, certaines vidéos valent franchement le détour. A commencer par Anytime. Un vrai chef d'œuvre. Qui a du émoustiller tous les fans de la chanteuse, avec cette vidéo vous plaçant avec une camera embarquée dans les yeux du petit copain de la Koda. Bref on achète une glace (aux couleurs étranges) avec elle, on lui coupe les cheveux, on prend la voiture avec elle, on lui sèche les larmes parce qu'elle est triste, on mange avec elle,  on se ballade dans l'appart avec la dame habillée en lapin tenant une bouteille de whisky ( ?!? ), et on la regarde dormir. Personnellement, quelque chose de moins catholique m'a subrepticement traversé l'esprit, mais on s'égare. Au final, on aura même le droit de lui faire un bisou sur la joue, elle sera drôlement contente. Une vraie demoiselle. La musique ? Évidemment toute pitchounne.

On se mettra à genoux devant la vidéo Last Angel feat Tohoshinki (des poulains Koda Kumi²
Koda Kumi²
du label), un boys-band Coréens (ils sont beaux gosses), où les protagonistes vont se secouer dans un décors futuriste en image de synthèse sur un r'n ‘b technoisé (Parce que quand on chante sur de l'électro, on doit forcément le faire dans le futur) Evidemment, dans un boys band, il y a un leader qui n'a pas la même couleur de cheveux que les autres, mais celui qui a un masque de ski autour du cou ( ?!?) se débrouille pas mal non plus. Et comment ne pas parler du Freaky, mettant la chanteuse au prise avec une mafia belligérante, qui va finalement se transformer en copines de Kumi, mais en fait d'autres méchants arrivent, alors on fait tous du karaté en sautant partout.

Evidemment quand une chanson est triste, on fait une vidéo triste, avec plein de métaphores émouvantes, et c'est ce que nous démontre de la plus belle des façons avec Ai no Uta, Ku-chan chantant en caressant de grosses larmes en verre (qui ressemblent à des couilles) puis  pleurant devant un magasin se nommant le « Tear Drops » (ça ne s'invente pas) histoire de se faire larguer de la meilleur des façon. (Evidemment elle est triste, et il pleut, et elle est mouillée) . Allez je suis médisant, certains PV sont plutôt bien foutus, comme Aisho ou le plutôt marrant et sympathique run For Your Life. Quand au concert live au Tokyo Dome, il est quand même un peu moins passionnant qu'une partie de baseball.

 

Confield

Bref, la stratégie est parfaitement maîtrisée. Parce que Koda Kumi se débrouille pour avoir une armada de visuels derrière sa musique. Ce Kingdom est une vraie machine de guerre, un objet qui terroriserait tout groupe voulant sortir un simple maxi. Tout y est : on brasse le maximum de genres possibles, on transcende tous les univers imaginables dans une gigantesque partouze sonore et visuelle, une frappe non chirurgicale qui essaie de toucher le maximum de personne. Et rare seront ceux qui en échapperont. Ce qui, au final, est quelque chose me faisant passablement gerber car escamotant, éclipsant de la plus belle des façons toute la richesse de la scène musicale japonaise, l'une des plus bouillonnante et foisonnante mondialement parlant.

Rien que pour ça, ce disque de Koda Kumi est un immanquable, un objet presque indispensable pour se faire une idée de ce qui se fait de mieux dans le genre. La crème de la crème, la pièce ultime. Disponible only in Japan.

 

Il va donc falloir que le marché français, qui regarde encore son industrie du disque lentement disparaître, s'y mette. Non ce n'est pas avec une sonnerie offerte que l'on fera des raz de marées dans les charts. Donnez nous plutôt des Dvd en cascades, des pubs, des reportages, des starlettes en maillot de bains, des photos, des autocollants, des chutes de reins. Où sont les fans-clubs de mon enfance ? Ont-ils été aussi remplacés par le peer to peer ? Merde pour avoir un simple clip de Lorie, il faut attendre minuit trente sur M6, ou se lever à 9 heures du mat' un samedi ( ?!?) pour la voir en playback. Tu m'étonnes que les ventes du disque plongent. Du matraquage ! On veut du matraquage !

 

Que manque t'il donc simplement pour que cette galette Kingdom, pour que la musique de Koda Kumi, soit parfaite ? : Un bon digipack cartonné. 

 

Koda Kumi - Kingdom
1. Introduction For Kingdom
2. LAST ANGEL feat. Tohoshinki 
3. Amai Wana 
4. Himitsu
5. Ai no Uta 
6. anytime
7. Under
8. BUT
9. Koi no Mahō
10. Aishō
11. Anata ga Shite Kureta Koto
12. Wonderland
13. FREAKY
14. MORE
15. Black Cherry

DVD PV
1. Introduction For Kingdom
2. anytime
3. FREAKY
4. Under
5. Koi no Mahō
6. Himitsu
7. Ai no Uta 
8. More
9. Amai Wana
10. Aishō

11. Anata ga Shite Kureta Koto
12. Wonderland
13. Run For Your Life 
14. But
15. Last Angel feat. Tohoshinki 
16. Black Cherry 


DVD Live.
1. Cherry Girl
2. But
3. Won't Be Long
4. Someday
5. you
6. hands
7. More
8. Your Song
9. Koi no Tsubomi
10. Sweet Love...
11. Wind
12. Freaky
13. girls
14. Through the sky

 

A découvrir
Lorie - Près de toi
Lorie - Près de toi
Daft Punk - Discovery
Daft Punk - Discovery
Blur - Best of
Blur - Best of