6.5/10Kim - Radio lee doo

/ Critique - écrit par nazonfly (), le 15/11/2011
Notre verdict : 6.5/10 - Akim (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 2 minute(s) - 1 réaction

Dix-neuvième album de Kim, Radio lee doo est aussi la troisième partie d'une trilogie commencée en 2008 avec Don lee doo et poursuivie en 2009 avec Mary lee doo. C'est en tout cas ce que nous dit Wikipedia : il nous faut l'admettre, nous n'avions jamais entendu parler, de près ou de loin, de Kim. Mais il n'est jamais trop tard pour découvrir un artiste.

 

En 10 titres et 40 minutes, Kim nous emmène dans un univers coloré et poppy, comme un Mika qui aurait abandonné un temps l'exubérance pour se concentrer
sur les chansons. Les chansons de Kim justement sont toutes éminemment sympathiques, enjouées et ensoleillées. L'idéal sans doute pour chasser la grisaille qui s'installe. On dansouille sur place, on secoue la tête (à défaut de la secouiller) sur la chanson éponyme et Muriel qui ouvrent l'album avec un immense sourire. Impression qui perdure au long de l'album même si on y croise une flopée d'influences. Les sensations évoquées par chacun des titres restent pourtant indéfinissables et l'on ne peut que se contenter de dire « hey, ça me rappelle quelque chose » (Supertramp ? Duran Duran?). L'une des plus belles illustrations est sans doute Uptown qui convoque un temps des voix très Bee Gees mais qui possède aussi une signature intangible. De la même façon, la très bonne The sunlights never came avec son rythme syncopé et sa boucle de guitare n'exprime qu'une immense frustration puisqu'on ne peut pas mettre la main sur ces précieux souvenirs musicaux envolés. Ce qui est néanmoins certain, c'est que Kim puise une partie de son inspiration dans les années 80, la preuve la plus évidente est ce To Kremlin aux sons terriblement vintage. Le genre de chanson sur laquelle on a un peu honte de danser mais qui reste diablement efficace. On pourrait aussi citer la plus triste Goodbye lee doo qui lance quelques notes éricserraesques, bien ancrées dans l'atmosphère musical d'il y a 20 ou 30 ans. Deux titres se démarquent cependant largement du reste de l'album : La dolce lee doo, douceur langoureuse qui se balance sur un tempo bossa neuroasthénique et surtout I'm getting old qui, tout au contraire, prend un chemin résolument rock et franchement convainquant. On aurait aimé que l'album ressemble à ce titre !

Radio lee doo fait partie de ces albums qui, loin de mettre une grande claque, font néanmoins le boulot avec un ensemble de titres pop qui fonctionnent bien.


Kim – Radio lee doo


01. Radio lee doo
02. Muriel
03. To Kremlin
04. La dolce lee doo
05. I'm getting old
06. Uptown
07. The sunlights never came
08. The candidate
09. Don lee doo
10. Goodbye lee doo

A découvrir
Dream Theater
Dream Theater
Buckley (Jeff) - Live à l'Olympia
Buckley (Jeff) - Live à l'Olympia
Eminem - The Eminem Show
Eminem - The Eminem Show