9.5/10Kid Koala a le Blues... Ou pas!

/ Critique - écrit par Carlitolindo, le 17/09/2012
Notre verdict : 9.5/10 - Une cure de Blues (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 4 minute(s) - 16 réactions

Bonjour à tous Krinautes ! Je vais être franc avec vous, quand un taulier de Ninja tune sort un nouvel album, un petit sourire apparaît sur notre visage ! Pourquoi ? Hé bien, que l’album soit bon ou mauvais on va forcement être surpris, et rien que pour ça déjà on est content. Revenons à nos moutons avec le taulier en question, c'est-à-dire Kid Koala de son vrai nom Eric San, qui vient nous faire partager son nouvel album concept nommé 12 bit blues.

Les fameux "chants de travail"

Avant d’attaquer le contenu je me dois de vous expliquer le mode de fonctionnement du Kid pour créer cet album. Déjà, on va parler du sampleur E - mu SP 1200...
Pire qu'un commodore 64
Certains y verront la une machine devenue un peu légendaire ou juste beaucoup d’interrogations, ne vous inquiétez pas c’est normal, ce fameux sampleur est issu des années 90 et paraît un peu obsolète à notre époque... toujours est-il que notre ami a décidé d’utiliser cette antique bécane pour produire son 12 bit Blues. « Le Blues », pierre angulaire de cet opus a été traité à l’aide cette fameuse machine dans le but de redonner un côté simple à la musique. Notre artiste pense d’ailleurs que ce genre en est le parfait exemple ! Le kid a donc, pendant 3 jours, construit et disséqué les pistes de 12 bit blues sans utiliser de logiciel de séquençage tout en utilisant les pads du SP1200 et un enregistreur multipiste... Chaque titre ayant été joué en temps réel puis rembobiné pour ajouter les cuts et les scratchs car notre ami est avant tout « Turntablist » de métiers. Le descriptif est fait maintenant reste à voir quel est le rendu musical de cet album.

 


no comment
Bon le Kid nous propose donc 12 pistes d’un genre qui n’est plus du tout à la mode et qui d’ailleurs est devenu particulièrement stéréotypé (les pubs aiment bien ce genre de musique) alors à quoi bon le faire revivre ? La première piste donne tout de suite des réponses avec une base rythmique accrocheuse au possible ! Un brin groovy la musique nous colle à l’oreille mais surtout l’apport stylistique du kid donne l’effet moderne indispensable pour nous surprendre à l’écoute. La suite nous fait rapidement entrevoir les rythmes monstrueux de la Grange des ZZ Top, la piste résonnant comme un hommage à ce titre légendaire nous rappelle à nos bons souvenirs. Au fil de l’album, les titres s’enchaînent avec grâce, développant divers tableaux représentatifs de la grande époque de ce genre, tantôt déchirant sur les pistes 3 et 4 (apparition subtil de l’harmonica sur celui-ci !), tantôt particulièrement triste, bien renforcé par un tempo d’une lenteur extrême comme sur la piste 6... si aucun titre ne se démarque vraiment sur les 12 qui composent l’opus, la fluidité et l’expression historique recherchées par l’auteur gomment l’idée que l’album puisse tourner en rond, mais quand même certaines prouesses techniques de Kid Koala sont à noter avec en point d’orgue une piste 7 qui rencontre une explosivité inhabituelle ! Les caisses et les cuivres nous impulsent le tempo jusqu'à un bref apaisement instrumental que l’on peut percevoir comme une ultime réflexion sur la tristesse du Blues, pour ensuite repartir dans le fracas des instruments. La piste 9 se démarque elle aussi avec sa guitare sèche accompagnée harmonieusement par la résonance d’un harmonica... C’est bien simple on a l’impression d’être là où ce genre prenait son essence, au milieu de la population Afro-Américaine marquée par la traite et les fameux champs de coton dont on peut toujours avoir honte de nos jours.

 

Le blues, une histoire d’époque

 


la pochette de l'album bien dans le ton
Avec 12 Bit Blues Kid Koala nous ramène en quelque sorte dans les années 60 là où le Blues devenait un genre à part entière et commençait à créer des styles d’une importance capitale comme le Rythm’n Blues ou encore la Soul ! Je dis en quelque sorte car le Kid impulse avec sa production et son art du cuts une vitalité résolument moderne en harmonie avec la tristesse et le déchirement du genre musical ! Une prouesse à saluer ouvertement car c’est là le signe d’un artiste œuvrant pour faire perdurer l’identité de ce genre tout en impulsant la créativité artistique nécessaire à l’opus pour toucher un maximum de gens ! Surtout la qualité de l’album créé avec un SP 1200 et un minimum de matériel démontre le talent créatif extraordinaire de Eric San qui vient frapper le monde de la production musicale de tout son génie car je le rappelle la création des pistes à été faite en seulement 3 jours...

 

Ninja Tune peut se frotter les mains car cet artiste montre la ligne directrice du label musicalement très ambitieux ! De notre côté on ne peut que constater la richesse et la magnificence de l’album. Monsieur Kid Koala bravo et merci pour cette œuvre qui restera gravée dans les mémoires.

 

 

Kid Koala – 12 Bit Blues

 

01.  1 bit Blues (10,000 miles)

02.  2 bit Blues

03.  3 bit Blues

04.  4 bit Blues

05.  5 bit Blues

06.  6 bit Blues

07.  7 bit Blues

08.  8 bit Blues (Chicago to LA to NY)

09.  9 bit Blues

10.  10 bit Blues

11.  11 bit Blues

12.   Dénouement

 

 

Le petit lien qui va bien

A découvrir
Pleymo - Episode 2 : Medecine Cake
Pleymo - Episode 2 : Medecine Cake
Mass Hysteria - Contraddiction
Mass Hysteria - Contraddiction
3 jours en vrac ! 2 discs en live
3 jours en vrac ! 2 discs en live