7.5/10Kagan (Udi) - Tears & Candies

/ Critique - écrit par juro, le 14/03/2006
Notre verdict : 7.5/10 - Candyman (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 2 minute(s) - laisser un commentaire

Artiste en solo avec son piano qui pourrait faire parler de lui prochainement par la force de ses textes et son univers... Non, il ne s'agit pas d'Antony & the Johnsons
mais bel et bien d'un artiste israélien encore inconnu. Beaucoup verront en la personne d'Udi Kagan une voix hors du commun jouant une pop lente pleine de surprises. D'un piano omniprésent, le charisme dégagé par l'interprète de Tears & candies rejaillit pleine puissance au travers d'un paquet de titres de très bonne facture...

Udi Kagan est un songwriter passant du coq à l'âne sur des thèmes plus ou moins communs, plein de son expérience vécue duquel le piano gracieux rend la nostalgie à merveille. Marqué par ses années vécues dans un pays en guerre, Udi Kagan porte un regard profondément neutre sur ses années noires, s'intéressant plus à la condition humaine qu'à tout autre sujet. La lenteur constante des titres laisse place à une flopée de guitares acoustiques riches en émotions et à l'interprétation sans filet. Le titre de l'album prend alors toute sa signification mettant en avant un homme pas encore tout à fait accompli hésitant entre joie et peine. Le timbre de voix tout à fait particulier comme un chuchotement intense ne cesse de surprendre, les envolées lyriques participant à la merveilleuse impression d'un très bon album.

Fuir pour un idéal (Love me computer), toute la philosophie d'Udi Kagan se résume dans le premier titre de son album. Les textes sont bien tournés, pleins de poésie, même si quelques fois, pêché de jeunesse oblige, ils restent à approfondir. Ballerine ne serait pas renier par Calexico, empruntant à la sauce road trip son meilleur pour livrer un titre intéressant. Le somptueux titre éponyme laisse Udi Kagan poser sa voix sur une composition acoustique, seul face au micro. L'impression sur scène doit prendre encore plus de saveur, la voix traînante, caressant le tympan. Petite chatouille auditive plein d'audace. Certains titres s'inspirent fortement de la vague émo-rock (Oh, wasted hours, Pictures from a room dans la veine d'un Elton John, Buddha risin') faisant perdre un peu de l'originalité à l'artiste, voire tombant un peu trop dans le mainstream. Factoy man ressort un ton passionné, un délice d'interprétation fait d'une poésie claire sur un rock tout en finesse. Finesse est le mot juste, comme la voix de l'interprète qui ne laisse pas insensible quelque soit le registre interprété.

La voix d'Udi Kagan impressionne pour un jeune homme de cet âge (23 ans) permettant de conquérir l'oreille sur plusieurs titres même si quelques uns restent trop mainstream. Tears & candies reste un premier jet convaincant pour un artiste en devenir distribué par un jeune label.

photos de Clara Sheller


Udi Kagan - Tears & candies

01. Love me computer
02. Factory man
03. For Roni
04. Mr. zog
05. Tears & candies
06. Pictures from a room
07. Buddha risin'
08. The windless train
09. Ballerine
10. Oh wasted hours
11. Foolish marvel child
12. Love me computer final

A découvrir
30 Seconds to Mars - 30 Seconds to Mars
30 Seconds to Mars - 30 Seconds to Mars
Nightwish - Over the Hills and Far Away / Century Child
Nightwish - Over the Hills and Far Away / Century Child
Machine Head
Machine Head