7.5/10Johnson (Jack) - On and on

/ Critique - écrit par juro, le 29/01/2004
Notre verdict : 7.5/10 - Brushfire Fairytales (2000) (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 4 minute(s) - laisser un commentaire

Pour la majorité d'entre nous, Hawaï c'est le soleil, le surf, Magnum... Alors, à la première écoute de ces deux disques, je pouvais imaginer sans peine Jack Johnson qui maîtrisait son instrument, en l'occurrence la guitare, sur une plage au sable fin. Comme un stéréotype, la biographie de cet Hawaïen est aussi longue qu'une vague déferlant sur la côte : ancien surfeur professionnel de très haut niveau et réalisateur de documentaires reconnus, il possède aussi deux très bons albums à son actif.

Talentueux dans déjà deux domaines, Johnson l'est aussi dans sa musique qui s'inscrit dans l'inspiration et la droite lignée des descendants des guitaristes américains. Son style va aussi bien du blues au funk, en passant par le folk ou la bossa nova mais toujours avec une voix qui sent bon les tropiques, sur un rythme lent et berçant grâce à des accords qui nous font reposer tranquillement, sur la vague... En fait pour le comparer à un artiste connu, Jack Johnson a un style très proche de celui qui l'a « parrainé » pour produire son premier album : Ben Harper. Jack Johnson commence à connaître une petite notoriété qui ne demande qu'à se prolonger hors des frontières de son pays. Amoureux de la guitare acoustique, vous ne pourrez qu'apprécier cet artiste cependant ne vous attendez pas à de grandes envolées lyriques, ce n'est pas le style de Johnson qui préfère plutôt les ambiances intimistes.

Son premier album Blushfire Fairytales sorti en 2000, composé de treize titres, marque déjà l'empreinte d'un artiste complet avec une diversité d'ambiance flagrante entre les morceaux, dans un ensemble qui reste cohérent. Le public américain ne s'y est pas trompé et l'album a fait un véritable carton à sa sortie. Instrumentalement, ce n'est pas très diversifié mais c'est agréable d'entendre Jack Johnson à la guitare, accompagné de ses compères Merio Podlewski à la basse et Adam Topol à la batterie. La voix suave du chanteur et les sonorités intéressantes formées par le trio donnent une douceur incomparable à chaque titre joué. Une impression de se retrouver au milieu d'une soirée de surfeurs sur la plage flotte du début à la fin. D'ailleurs, le jeune artiste va se payer le luxe de travailler avec Ben Harper justement sur Flake, qui constitue le titre le plus abouti de l'album grâce à un duo de guitares fonctionnant à merveille. Ce premier album est rempli de ballades berçantes avec de petites perles comme F-Stop Blues qui constitue un slow idéal, Losing Hope et Bubble Toes avec leur rythme lent mais prenant, s'opposant à Mudfootball au rythme beaucoup plus entraînant, des influences latines dans Sexy Plexi. Jack Johnson écrit aussi des textes chargés de sens en se permettant une petite critique des médias américains dans News mais toujours avec un choix de paroles très travaillées. Bref, des chansons reflétant l'esprit cool des surfeurs qui amènent une bonne petite musique d'ambiance teintée d'une dominante bluesy.


Après une tournée triomphale en 2002 qui ne reçut que des critiques positives outre-Atlantique, Johnson est revenu l'année dernière avec On and On, son second opus étalé sur seize titres. Les mauvaises langues diront que rien n'a changé par rapport à Brushfire Fairytales : la guitare, la voix... tout est là mais ça fonctionne toujours aussi bien, sinon mieux que dans le premier album. Les très bons titres se succèdent avec entre autres Wasting Time et sa bossa somptueuse (qui ne donne qu'une envie : la repasser en boucle), Cocoon autre superbe ballade langoureuse, quelques autres morceaux à réfléchir avec Cookie Jar et Traffic in the sky ou encore Rodeo Clowns. Mais surtout The horizon has been defeated et Times like these qui constituent les deux morceaux les plus énormes de cet album. Beaucoup de qualité sur ce deuxième album qui confirme Jack Johnson dans son style, même s'il y a peu d'innovations.


Jack Johnson, une révélation et un nom à retenir qui met en avant une guitare, une voix douce et une ambiance qui sentent bon les vacances et le sable chaud et qui font énormément de bien pour passer un bon moment coupé du monde extérieur. Il ne reste plus à Jack Johnson qu'à franchir l'Atlantique pour venir nous régaler en live de sa poésie, de ses somptueux riffs et paroles lancées nonchalamment.


Brushfire Fairytales

01. Inaudible melodies 3'35
02. Middle man 3'14
03. Posters 3'13
04. Sexy plexi 2'07
05. Flake 4'40
06. Bubble toes 3'56
07. Fortunate fool 3'48
08. News 2'25
09. Drink the water 3'21
10 Mudfootball 3'04
11. F-Stop blues 3'10
12. Losing hope 3'51
13. It's all understood 5'29
14. Inaudible melodies [Live] 3'35

On and On

01. Times like these 2'22
02. The horizon has been defeated 2'33
03. Traffic in the sky 2'50
04. Taylor 3'59
05. Gone 2'10
06. Cupid 1'05
07. Wasting Time 3'50
08. Holes to heaven 2'54
09. Dreams be dreams 2'12
10. Tomorrow mornig 2'50
11. Fall line 1'35
12. Cookie jar 2'57
13. Rodeo clowns 2'38
14. Cocoon 4'58
15. Mediocre bad guys 3'00
16. Symbol in my driveaway 2'50

A découvrir
Lavigne (Avril) - Let Go
Lavigne (Avril) - Let Go
Muse - Showbiz
Muse - Showbiz
Collins (Phil) - Face Value
Collins (Phil) - Face Value